Archives de catégorie : Actualités

Facebook déploie un fil d’actualité local dans 400 villes américaines

Source : offremedia.com

Facebook a annoncé mercredi l’extension de ses fils d’actualité locaux à plus de 400 villes américaines, un des moyens pour inciter ses utilisateurs à passer plus de temps sur la plateforme. Lancé initialement en janvier, le fil «Today In» («Aujourd’hui à») regroupe des informations publiées par les sites d’information locaux, mais aussi par des acteurs institutionnels de l’agglomération concernée, comme les pompiers, la mairie ou la police.
Selon Anthea Watson Strong, responsable produit pour les informations locales, des études menées auprès d’utilisateurs de Facebook ont montré que plus de 50% d’entre eux préfèreraient voir davantage d’informations locales sur Facebook.
Aucun autre contenu ne faisait l’objet d’une telle demande au sein des visiteurs de la plateforme, souligne la responsable dans un message posté mercredi.
Alors que le fil d’actualité était jusqu’ici destiné à des agglomérations ou des régions disposant d’une presse locale, Facebook a ajouté au dispositif des «déserts d’information», dépourvus de couverture médiatique suivie. Une étude publiée en octobre par l’université de Caroline du Nord a montré que la disparition de 20% des journaux depuis 2004 aux Etats-Unis avait contribué à augmenter le nombre de ces déserts d’information locale.
Dans ces déserts d’information, le fil est alimenté par des informations institutionnelles, complétées par du contenu émanant de médias couvrant des régions environnantes.
Facebook indique également collaborer avec une centaine de collectivités locales pour mettre en place un système d’alerte qui préviendrait les utilisateurs locaux de Facebook d’une information urgente et importante.
Outre les Etats-Unis, le réseau social teste actuellement une version de «Today In» en Australie.
Ce développement de l’information locale fait partie des initiatives prises par le réseau de Mark Zuckerberg pour dynamiser sa croissance : si le nombre d’utilisateurs de Facebook continue à augmenter, avec 2,27 milliards d’utilisateurs mensuels actifs à fin septembre, la croissance a été ces derniers mois en retrait par rapport à ce qu’attendaient les marchés.
(Avec AFP)
Pour plus d’informations : www.bigsuccess.fr

5 conseils pour préparer la nouvelle ère du marketing vidéo

Source : thinkwithgoogle.com

La vidéo est un moyen formidable pour les marques d’exprimer leurs valeurs, de raconter leur histoire et de construire une préférence durable, indispensable devant le choix quasi-illimité de produits et de services proposé aux consommateurs. Dans cet écosystème digital en pleine mutation, il est essentiel de faire évoluer son marketing pour saisir pleinement l’opportunité qu’offre la vidéo.

Voici 5 conseils pour vous aider à apporter plus de pertinence et d’efficacité à votre stratégie vidéo.

1. Adapter les concepts créatifs à chaque plateforme pour renforcer l’engagement

À chaque plateforme, sa culture et ses codes. Comprendre les spécificités et les évolutions des différentes plateformes, mais aussi les usages et préférences des utilisateurs, constitue le point de départ de toute stratégie de contenus. Si les storytellers s’en imprègnent, c’est le carton assuré. Narration de qualité et langage moins publicitaire, plus agile et percutant, feront d’une vidéo made for digital un médium incontournable pour toucher et engager la bonne audience.

Pour sa dernière campagne, l’enseigne de restauration Buffalo Grilladopte les codes ASMR* et transportent l’internaute dans l’univers sonore de ses cuisines. Parce qu’elle tient compte de ce que les utilisateurs regardent sur YouTube (les requêtes ASMR ont doublé sur YouTube France de septembre 2017 à septembre 2018), elle gagne en pertinence, donc en attention et en performances. Buffalo Grill génère de l’émotion, travaille la préférence de marque et divise par 3 le coût par venue en restaurant. D’un insight naît une success story.

2. Travailler formats et sequencing pour coller aux usages

Smartphone, tablette, PC, TV connectée : à mesure que les devices se multiplient, les usages se diversifient. Sur mobile, l’utilisateur consomme des pastilles courtes et impactantes en guise de snacks. Sur PC, il regarde volontiers des contenus longs, voire très longs. Une complexité qui pousse les marketeurs à être minutieux dans la planification et l’exécution de leurs campagnes. Or, beaucoup de marques n’ont pas encore le réflexe d’adapter le contenu aux usages et rediffusent des spots TV tels quels. Quand un format 30 secondes installe l’histoire de marque, un format 6 secondes permet la répétition du message sans surexposer les cibles.

Pour lancer sa signature de marque Smart Money, Smart Life, Sofincomixe les formats sur YouTube.  L’orchestration de la campagne s’articule autour de 3 objectifs : identifier des personnes intéressées par un projet et leur adresser des Bumper Ads (6 secondes) orientés projets puis susciter de l’engagement avec des formats TrueView et générer de la performance et du trafic avec le format TrueView for Action. Résultats : 3,5 millions d’utilisateurs uniques avec le TrueView et les Bumper Ads et 2,2 millions d’utilisateurs uniques avec le TrueView for Action. Une étude d’impact (i.e. Brand Lift Survey) indique également une hausse de 30,5% de l’intention d’achat.

3. Adopter une stratégie d’audience pour plus de pertinence

Parler aux bonnes personnes peut faire toute la différence en termes de performances. Une étude, cosignée Ipsos et Google, montre que l’attention est 3 fois plus grande quand la publicité « me correspond » (vs. la moyenne)2. Les consommateurs, plus sollicités que jamais, recherchent avant tout la pertinence. Une publicité doit être utile à l’instant T. D’où l’importance d’aller au-delà du ciblage socio-démographique et d’explorer d’autres types de ciblage, notamment affinitaires. Sont-ils plutôt gamers ou surfers ? Foodistas ou fashionistas ? Ont-ils recherché un produit similaire sur Google ? L’ont-ils acheté au cours des 3 derniers mois ? Ont-ils souscrit à l’un de vos services ou à un service concurrent ? La finesse de ciblage est clé pour que vos campagnes vidéos trouvent un écho immédiat auprès des personnes qui comptent pour vous. La preuve avec Petit Bateau.

Motivée par un objectif branding et business, la marque au voilier met en place une campagne sur YouTube avec un ciblage qualitatif (centres d’intérêt et catégories de vidéos en plus du socio-démographique). Quid des résultats ? +9,7 points de notoriété, +20 points de mémorisation et l’obtention du Prix de l’efficacité sur YouTube au Grand Prix Stratégies de la Publicité 2018.

4. Associer le pouvoir de la data et de la personnalisation pour générer des ventes directes

Et si la vidéo n’était pas seulement un levier de branding et générait de l’action immédiate ? La vidéo a son rôle à jouer dans les parties basses du tunnel de conversion. Plus encore avec l’explosion de la consommation de vidéos sur mobile. Quand les formats sont optimisés, le potentiel d’interactivité entre marques et consommateurs s’intensifie. Aujourd’hui, 80% des consommateurs déclarent naviguer entre le Search et la vidéo pour trouver des produits à acheter1. YouTube capitalise sur cet insight avec ses solutions de Direct Response et permet un ciblage très bas de funnel similaire au Search, ainsi que des calls-to-action personnalisables, optimisés au coût par action.

Early-adopter, le leader français de la réservation beauté Balinéa met en place un plan d’acquisition sur YouTube. Son objectif : tester des formats vidéo et mesurer l’impact sur les conversions. Le test des formats (vidéo et calls-to-action) permet de diviser par 2 les CPO** de la marque.

5. Mesurer pour prouver l’impact business

Savoir si un contenu a été visionné des milliers ou des millions de fois est assez simple. Mais aujourd’hui, les marketeurs attendent bien plus. La vision business prime. Au-delà des vues, du taux de visionnage ou de l’engagement, le KPI pour mesurer l’impact des campagnes média reste les ventes. Si, au quotidien, certaines marques suivent les performances de campagne via un dashboard, elles peuvent s’adosser à des partenaires tiers tels que MarketingScan, Ekimetrics ou Nielsen pour mesurer finement la contribution de chaque levier marketing (TV, YouTube, Display, Search, e-mail, social et autres VOL) sur leurs KPI business.

Exemple avec Maybelline New York. Pour le lancement de la gamme SuperStay Matte Ink, la marque de maquillage décide de tester l’approche Matched Panel Analysis aux côtés du cabinet Nielsen. Ses objectifs : mesurer l’impact d’un extra-budget de 26% sur YouTube sur les ventes pour ensuite ajuster sa stratégie d’investissement média. Conclusion : les ventes grimpent de 5,3% (vs. zone de contrôle TV seule) et le ROI incrémental de YouTube atteint 2,2 sur cette campagne vs. la TV (ROI indexé sur la TV : 1).

Tester, mesurer l’impact pour déterminer ce qui fonctionne et ajuster en permanence. Telles sont les clés pour pousser la créativité, déclencher des émotions, attirer l’attention et inspirer l’action. La vidéo a le pouvoir de créer un désir immédiat. Une opportunité à ne pas laisser passer.

Pour plus d’informations : www.bigsuccess.fr

Comment connaître le volume de recherche d’un mot clé ?

Via Brioude Internet

Connaitre la pertinence d’un mot clédans votre domaine d’activité n’est pas suffisant pour monter une stratégie SEO efficace. Encore faut-il savoir si les internautes se basent effectivement sur ce mot clé pour effectuer leur recherche. C’est pour cela qu’il est aussi important de connaitre le volume de recherche d’un mot clé avant de décider de l’inclure dans votre stratégie de référencement. Voici quelques outils qui vous aideront à effectuer ce décompte.

LLes outils proposés par Google : Keyword Planner et Search Console

Google est d’un grand secours en matière de SEO. Ce moteur de recherche met à votre disposition plusieurs outils gratuits destinés à faciliter votre recherche des mots clés les plus pertinents.

Le Google Keyword Planner ou Plannificateur de mots-clés

Le principal outil que vous propose le est le Google Keyword Planner, ou Plannificateur de mots-clés. En entrant le mot ou l’expression de votre choix, vous obtenez le volume de recherche effectuée pour ce mot ou cette expression pendant un mois. Le problème avec les données fournies par cet outil est qu’elles ne sont pas très précises. Cet outil de Google ne vous fournit en effet qu’une fourchette plutôt que de volumes précis.

Le planificateur de mots-clés de Google donne des données chiffrées sur le volume de recherche.

Pour obtenir des informations précises sur le volume de recherche d’un mot clé, vous devez passer par l’Adwords Keywords Planner. Pour y avoir accès, vous devez ouvrir un compte Adwords et lancer en principe une première campagne publicitaire. Vous devez donc renseigner votre site et vos données bancaires. Rassurez-vous, dès que l’inscription est faite, vous pouvez mettre cette campagne publicitaire sur pause, tout en continuant d’utiliser l’outil de planificateur de mots clés.

L’intérêt de cet outil par rapport au Keyword planner classique est que vous obtenez une estimation plus précise du volume de recherche mensuel associé au mot clé. De plus, vous trouverez de nouvelles idées de mots-clés dérivés du premier mot que vous avez entré.

La Google Search Console

La Google Search Console – gratuite également – représente également un outil précieux pour tout webmaster. Elle permet en effet d’inspecter les performances de chaque URL, de travailler son sitemap, à suivre l’évolution de ses pages sur Google… et également à connaître les mots-clés qui ont permis l’affichage des dites-pages dans les résultats de Google (les SERP). Le CTR (taux de clic par affichage) est également indiqué. Ces différentes données vous permettent :

  • de repérer d’éventuels mots-clés non encore travaillés qui s’avèrent performants pour votre business ;
  • de travailler davantage certaines mots-clés intéressants pour votre activité ;
  • de reprendre les informations de certaines pages (notamment le title et la metadescription) quand elles se positionnent bien mais n’enregistrent pas un bon CTR.

La Search console permet de suivre le positionnement de son site dans les SERP

L’inconvénient : cet outil ne vous permet d’analyser que les données de votre site et non celles de vos concurrents. Notez-le : la version 2018 de la Google Search Console permet d’accéder très facilement aux informations concernant l’ergonomie mobile de son site, et aux données AMP (Accelerated Mobile Pages).

Les alternatives aux outils Google : MOZ, Yooda Insight, Sem Rush…

Si vous ne souhaitez pas recourir aux services de Google, sachez qu’il existe d’autres outils qui vous permettront de déterminer le volume de recherche d’un mot clé. L’un de ces outils est celui proposé par MOZ. Tout comme le Keyword Planner de Google, ce dernier vous fournira une fourchette des volumes, sauf que l’estimation est plus précise. En effet, contrairement à Google, le Moz Keyword Explorer ne regroupe pas les termes identiques quand il évalue les volumes.

L’autre outil que vous pouvez utiliser pour connaitre le volume de recherche d’un mot clé est le Yooda Insight. L’avantage de cet outil est qu’il ne se contente pas de vous fournir une fourchette représentative des tendances, mais une estimation plus fine du volume réel des recherches.

Lire la suite sur Brioude Internet 

TikTok continue de se développer et gagne 30 millions d’utilisateurs en 3 mois

Par Blog Du Modérateur

Cette application qui permet à des utilisateurs du monde entier de filmer leurs chorégraphies sur fond musical commence à faire de l’ombre aux réseaux sociaux historiques.

Un concurrent de taille

Depuis le rachat officiel de Music.ly, l’ancien nom du réseau social, le 2 août, TikTok ne cesse de se développer et commence à concurrencer fortement les réseaux sociaux “occidentaux”. Le total d’utilisateurs actifs est passé de 100 millions à 130 millions en seulement trois mois et le nombre de téléchargements mondiaux a augmenté de 20% depuis le rachat. Sur le sol américain, les téléchargements de l’application ont augmenté de 25%

tiktok1

Ce succès a été rendu possible par des campagnes de publicité importantes puisque, selon une étude menée par Advertising Intelligence d’Apptopia, Bytedance, l’entreprise propriétaire de TikTok, a vu ses dépenses publicitaires fortement augmenter depuis le rachat de l’application et a diversifié les canaux de communication.

tiktok2

Le succès de l’application est tel que Facebook a d’ailleurs commencé à se pencher sur un produit similaire pour conserver son statut de leader dans le secteur.

L’application préférée des fans de playback

Alors que Snapchat connaît une baisse d’utilisation de son application pour le deuxième trimestre consécutif et que Twitter, après une augmentation du nombre d’utilisateurs au cours du deuxième trimestre 2018 a par la suite observé une légère perte, l’arrivée de TikTok a de quoi inquiéter les grands réseaux sociaux.

tiktok3

Lire la suite sur Blog Du Modérateur 

Comprendre TikTok, l’application préférée des ados fans de play-back

Cet été, les jeunes Européens ont été obligés d’abandonner Musical.ly, une application de type karaoké très populaire, pour passer sur TikTok. Pixels fait le point sur le phénomène.

Ultra-populaire auprès des ados occidentaux, l’appli de vidéo Musical.ly a disparu définitivement des smartphones le 2 août. Après mise à jour, ses utilisateurs ont vu surgir à la place un autre bouton sur leur écran, celui de TikTok. Plutôt méconnue en Europe où elle n’était pas disponible jusqu’alors, cette application chinoise revendiquait quelque 150 millions d’utilisateurs actifs quotidiens en Asie. Elle s’impose aujourd’hui dans les smartphones des adolescents français qui aiment chanter, faire des selfies et, parfois, faire les deux en même temps.

  • Tik quoi ?

TikTok. Son nom est Douyin en Chine, son pays d’origine. Il s’agit d’une application pour smartphones, née en septembre 2016, et éditée par le géant chinois ByteDance qui s’est fait connaître avec la très populaire plate-forme de contenus d’actualité personnalisés Toutiao. TikTok, elle, est dédiée à la création et au partage de courtes vidéos musicales. Les utilisateurs se filment face caméra faisant du play-back ou des chorégraphies. De nombreuses applications concurrentes existent dans les domaines du karaoké, du « lip sync » ou « play-back » comme Triller, Dubsmash, Funimate.

Parmi les plus populaires à l’international, on comptait Musical.ly, née à Shanghai au printemps 2014. Fin 2017, treize millions de vidéos y étaient postées chaque jour. Elle a aujourd’hui disparu après son rachat par ByteDance en novembre 2017, pour un montant compris entre 800 millions et un milliard de dollars (entre 690 et 860 millions d’euros). Après cette opération, la firme a décidé de fusionner les deux applications. La transition a eu lieu durant l’été : Musical.ly a été absorbée TikTok.

  • D’accord. Mais que fait-on sur TikTok ?

Une fois son compte créé, l’utilisateur peut choisir une chanson dans un vaste catalogue qui va de La Bonne du curé d’Annie Cordy à HandClap de Fitz and the Tantrums. Il peut ensuite se filmer par-dessus face caméra, en faisant sembler de chanter, ou en mimant les paroles. Les vidéos qui durent quinze secondes peuvent ensuite se voir appliquer une vitesse particulière pour ralentir ou accélérer le mouvement, mais aussi des filtres et effets visuels. Une fois partagés, les clips défilent sur la page d’accueil de l’appli et sont répertoriés dans le profil du créateur à l’image d’un compte Instagram. Les utilisateurs recueillent ainsi des « likes » et des abonnés.

  • Et c’est amusant ?

Pour les profanes ou les spectateurs (disons-le : les adultes), TikTok ressemble à une interminable succession de vidéos d’adolescents en train de chanter sur des tubes populaires. On vous laisse vous faire votre avis sur le sujet.

Pour les utilisateurs, TikTok, comme son prédécesseur Musical.ly, est un terrain de jeu sans fin. La majorité des accros à TikTok regorgent de créativité et profitent des nombreux effets proposés par l’application pour s’imposer parmi les meilleurs vidéastes.

Comme sur le défunt Musical.ly, on trouve sur TikTok des challenges quotidiens qui invitent, sur la même musique, à se distinguer sur un thème. Le mot-clé #girlsturnintoboys rassemble, par exemple, des vidéos de filles qui se changent en garçons.

Le #shoechange a conduit les vidéastes à arborer un grand nombre de paires de chaussures en quinze secondes.

Selon les pays et les cultures, l’application peut être utilisée vraiment différemment. « Les utilisateurs européens, eux, adorent la comédie, la mode et la beauté », explique au Monde un porte-parole de TikTok. Les internautes chinois aiment plutôt y proposer des sketches et de fausses caméras cachées. En mai dernier, TikTok s’était rendue célèbre pour avoir censuré en Chine le personnage de Peppa Pig, issu d’un dessin animé et devenu une icône subversive.

Les Japonais, eux, se livrent régulièrement à des chorégraphies de groupe.

  • Y a-t-il une quelconque modération ?

Dans le passé, la plate-forme Musical.ly avait été critiquée pour laisser passer des commentaires dénigrant les prestations sur le profil des utilisateurs, mais aussi des vidéos où les auteurs – souvent jeunes – se sexualisent. En mai 2018, des médias hongkongais s’alarmaient également du fait que les données privées des mineurs étaient vulnérables.

Le porte-parole de TikTok s’en défend aujourd’hui : « Notre priorité est de promouvoir un environnement positif et nous avons mis en place une technologie de modération reposant sur un algorithme et une équipe humaine robuste. »

  • Combien sont-ils sur TikTok ?

Avant de s’imposer en Europe, TikTok était très prisé dans les pays d’Asie et notamment en Chine et au Japon. Au cours du premier trimestre 2018, TikTok était l’application la plus téléchargée dans le monde, selon l’étude du cabinet d’analyse Sensor Tower. En juin 2018, elle revendiquait 500 millions d’utilisateurs actifs par mois.

De son côté Musical.ly atteignait les 100 millions d’utilisateurs actifs par mois courant 2017. L’application avait su conquérir les adolescents européens et américains. Le nombre d’abonnés en France était estimé à 2,5 millions. Sollicitée par Le Monde, l’entreprise ByteDance a refusé de donner les chiffres de ses utilisateurs depuis la fusion des deux applications en août.

Selon un baromètre de l’agence Heaven, en partenariat avec l’association Génération numérique, TikTok a rejoint les réseaux sociaux préférés des collégiens français aux côtés de Whatsapp, Snapchat et Instagram.

Dans le monde occidental, Musical.ly avait vu certains de ses musers (le nom donné aux utilisateurs) devenir de véritables stars parmi les moins de 20 ans. Ainsi, les Allemandes Lisa et Lena, qui s’amusent de leur gémellité dans les clips, sont suivies par plus de 30 millions de personnes. Citons également l’Américain Jacob Sartorius (de 15 ans), qui a connu une popularité fulgurante sur Musical.ly, lui permettant de se lancer avec succès dans la musique.

Ces applications ont aussi été plébiscitées par des artistes comme Selena Gomez, Shawn Mendes ou Charlie Puth. Des youtubeurs sont aussi passés maîtres dans l’art du clip de play-back à l’instar de la française Shera Kerienski (plus de 150 000 abonnés sur TikTok). Youtube a d’ailleurs contribué à la popularité de ces formats : de nombreuses compilations de Musical.ly et TikTok fleurissent sur le site de partage de vidéos, où plusieurs vidéastes tiennent des chaînes dédiées au montage de clips TikTok.

Lire la suite sur Le Monde

Plus d’articles :
France Inter : Le phénomène mondial de l’application musicale Tik Tok… va vous surprendre

Le Parisien : Tik Tok, le réseau social qui fait chanter et danser les ados

La Tribune : L’incroyable succès de Tik Tok, l’appli que Facebook veut copier

Numerama : Qu’est-ce que TikTok, l’appli de play-back aux 500 millions d’utilisateurs ?

Le Figaro : TikTok, l’appli musicale qui fait chanter les jeunes

L’Express :  TikTok, l’appli star des préados

 

Instagram intègre des produits à acheter dans les vidéos et lance une « shopping list »

Source : blogdumoderateur.com

Les fêtes de fin d’année arrivent et Instagram met tout en œuvre pour faciliter nos achats. Le réseau social a ainsi annoncé deux nouveautés : les achats depuis une vidéo et une nouvelle catégorie dédiée au shopping.

Des produits dans les vidéos pour simplifier le processus d’achat

En mars dernier, Instagram avait ajouté une fonctionnalité très utile pour les marques appelée « Shopping ». Elle permettait aux entreprises vendant des produits de les taguer sur un post et de mettre un lien sortant pour faciliter le processus d’achat. Il était possible de taguer jusqu’à 5 produits par publication. En septembre, la plateforme avait intégré cette fonctionnalité dans les Stories afin d’élargir les possibilités de publicité pour les marques.

Aujourd’hui, Instagram surfe sur ces nouveautés très appréciées par les entreprises et les utilisateurs et propose désormais de placer des produits dans les vidéos. Par exemple, si vous regardez la vidéo d’une marque ou d’un-e influenceur-se, vous pourrez voir une liste des produits présents dans cette vidéo.

Mettre de côté pour acheter plus tard

Instagram a également annoncé la création d’une collection Shopping. Lorsque vous consulterez votre flux d’actualité, vous pourrez mettre de côté une photo contenant un élément que vous aimeriez acheter. Cette photo sera directement enregistrée dans la collection Shopping, ce qui permet de la distinguer des autres éléments que vous souhaitez conserver sans intention d’achat. À l’instar des autres collections, vous pouvez accéder à votre liste Shopping depuis votre profil. Cette nouveauté est donc un moyen facile de garder votre liste de souhaits à jour et de stocker des idées de cadeaux à l’approche des fêtes de Noël.

Enfin, Instagram travaille sur la refonte des Boutiques de marques, avec la possibilité de voir rapidement tous les produits présentés dans leurs publications. Un bon moyen de regrouper tous les produits d’une même marque sans avoir à remonter dans le fil d’actualité.

Pour plus d’informations : www.bigsuccess.fr 

SEO 2018 l’opportunité de la recherche vocale

Source : growthhackingfrance.com

Ce ne sont plus le nombre de mots-clés qui comptent aujourd’hui pour obtenir un bon référencement, mais la qualité du contenu. Et pour cause, il faut dès à présent prendre en considération la recherche vocale effectuée sur les moteurs de recherche, puisque cette méthode est de plus en plus convoitée. Un changement de pratique qui doit être pris en compte dans la stratégie de référencement naturel pour 2018.

La recherche vocale permet à son utilisateur d’émettre une requête en s’adressant directement à son Smartphone ou tablette par la voix plutôt que de manière traditionnelle en écrivant avec le clavier sa recherche sur le moteur de recherche. Il est également possible aujourd’hui dmhEe réaliser une recherche vocale via les ordinateurs d’Apple, qui mettent Siri à disposition sur le bureau de l’ordinateur.

Les requêtes sur Smartphone ne cessent de s’accroître

Google a annoncé que pour la première fois en France, les requêtes sur mobile ont dépassé celles sur ordinateur en août 2017 et prévoit pour 2018 une augmentation des pratiques sur mobiles.
La recherche via les appareils mobiles (Smartphones et tablettes) reflète aujourd’hui 60% du trafic en ligne, bien que le Smartphone prône sur la tablette puisqu’il représente un point d’entrée de navigation privilégié. Il est donc primordial de prendre en compte dès à présent les outils de recherche vocale dans sa stratégie d’optimisation SEO.
Les plus connus sont : Siri avec Apple, Cotana pour Microsoft, Google Now, Alexa et même encore Google Assistant. Récemment les assistants intelligents comme « Echo » d’Amazon ou encore « Home » de Google ont fait leur apparition pour répondre désormais aux requêtes et besoins des particuliers lorsqu’ils émettent une recherche vocale de leur domicile ou autre.
Autant d’outils développés qui permettent une forte utilisation de la recherche vocale via des applications ou assistants intelligents et qui montre le besoin imminent pour l’entreprise ou la marque de prendre en compte l’évolution de cette pratique dans sa stratégie de référencement pour 2018.

Top 5 des priorités en 2017, qu’en est-il pour 2018 ?

La progression du nombre de recherches vocales a également été prise en considération par les référenceurs, qui plaçaient dans leurs top 5 des priorités SEO pour 2017 la recherche vocale. En 2018, celle-ci ne cesse de gagner du terrain, notamment avec l’apparition des nouveaux assistants vocaux intelligents présents dans les foyers, mais aussi grâce à la simplicité de la requête lorsqu’on souhaite trouver une information.

Le « OK GOOGLE » monte en flèche.

Une récente étude à démontrée que 20% des requêtes mobiles via l’application Google étaient vocales aux USA, dixit son CEO Sundar Pichai en mai 2016.
(Search Engine Land : https://searchengineland.com/google-reveals-20-percent-queries-voice-queries-249917)

Un taux qui ne concernerait que les USA, mais Google a confirmé que son outil « Google Trend »qui permet de traiter toutes les données émises par les moteurs de recherche permettait également de traiter celles émises par la voix. Ainsi d’après les indices de « Google Trend » le « Ok Google » a été énormément sollicité ces derniers mois (janvier 2017 à novembre 2017) et ce plus que le mot « Slack » (logiciel de collaboration pour les entreprises) avec la recherche textuelle.
Une comparaison qui montre l’importante montée en flèche des recherches vocales puisque la recherche textuelle du mot-clé « Slack » générait 130 000 impressions sur google.fr par mois, contre six fois plus pour le « Ok Google » qui en générait 780 000.

Adapter sa stratégie SEO avec la recherche vocale

Penser « contenu »

Les utilisateurs cherchent la simplicité et l’efficacité lorsqu’ils émettent une requête. Avec la recherche vocale, on parle de requêtes conversationnelles émises dans un langage naturel.
On ne recherche pas de la même manière par le clavier que par la voix.
Les recherches vocales sont plus conversationnelles qu’une recherche textuelle. C’est-à-dire qu’il ne suffit plus de sélectionner quelques mots-clés ou expressions pour son référencement, mais prendre en compte le fait que l’internaute formule sa recherche avec des phrases entières et non plus de simples mots comme « Baskets de course ».
Les requêtes vocales sont plus longues, moins formelles et souvent interrogatives comme «Trouve moi le meilleur restaurant italien de Lyon » ou encore « Où trouver des baskets de course ? » (cf. image ci-dessous).

La tendance est actuellement aux mots-clés long traîne.

Cette évolution de la recherche vocale montre l’importance d’adapter sa stratégie de référencement en se concentrant sur le contenu et la précision de la recherche menée par les internautes. Il faut penser contenu, brand content et content stratégie. Il ne s’agit plus de répertorier sur son site ou sa page le plus de mots-clés, mais bien au contraire de trouver le bon contenu adapté au consommateur et à son besoin. Plus il y a du contenu, clair, inédit, complet et pertinent, plus le site sera consulté et mieux positionné dans les résultats de recherche se référant au secteur d’activité.

Il y aura également de fortes probabilités pour que le site soit considéré comme « expert » dans le domaine concerné, et pour le propriétaire du site, il sera plus facile de mettre tous les mots-clés et phrases clés en référence avec le sujet dans son contenu.
Il faut se penser à la place de l’utilisateur, être empathique et s’interroger sur ce que l’internaute va demander à son outil de recherche vocal. Il faut trouver quel contenu je dois adapter et choisir pour que mon site arrive au moins dans les 3 premiers résultats de recherche et faire que l’internaute arrive sur mon site.
Également, la recherche vocale pourrait favoriser la bonne orthographe des requêtes puisque les mots sont automatiquement corrigés par l’outil lors de la prononciation orale. De ce fait, cela permettra aux phrases et mots-clés présents dans le contenu des sites d’être plus facilement reconnaissables et identifiables par le moteur de recherche.

Penser au SEO local

Les recherches vocales sélectionnent généralement le ou les résultats les plus pertinents géographiquement pour son utilisateur. La géolocalisation est souvent activée sur l’appareil avec lequel la requête est émise, c’est pourquoi penser au SEO local est un des critères à ne pas laisser pour compte dans sa stratégie de référencement. Par ailleurs, une étude du Northstar Research publiée par Google a affirmé que la recherche vocale est d’autant plus sollicitée lors des déplacements en voiture pour demander par exemple une adresse. Une raison de plus de favoriser le SEO local dans sa stratégie d’optimisation.

L’avenir du référencement c’est maintenant !

Une analyse réalisée par la société ComScore a révélé que 50% des recherches internet seront menées vocalement d’ici 2020. Un taux à ne pas prendre à la légère puisque dès à présent la recherche vocale est de plus en plus pratiquée par les internautes.

Ce qu’il faut retenir du SEO pour 2018

Contenu et SEO sont devenus indissociables pour optimiser sa stratégie de référencement et obtenir de meilleurs résultats en terme de positionnement par les moteurs de recherches.
L’évolution fulgurante de la recherche vocale lors des requêtes utilisateurs montre que cette pratique de recherche gagne de plus en plus de terrain et doit impérativement être prise en considération lors de l’élaboration de la stratégie SEO. Il convient de ne pas limiter l’importance du référencement local pour optimiser son positionnement.

L’internaute effectue généralement ses recherches via son Smartphone ou sa tablette (de moins en moins sur ordinateur) et celui-ci espère trouver un établissement proche de son emplacement ; penser à être référencé dans les Pages Jaunes et sur Google Maps et optimiser sa page Google My Business pour acquérir ce trafic.
Les recherches seront de plus en plus formulées sous forme de questions / réponses favorisant ainsi les sites de type forums ou blogs. Les requêtes interrogatives seront donc à prendre en considération dans l’élaboration de la stratégie SEO.
Enfin, ne pas oublier d’optimiser sa stratégie en prenant en compte dans les résultats de recherche les sites placés en position 0. Exemple ci-dessous.

Pour plus d’informations : www.bigsuccess.fr

 

Les vidéos sur smartphone dépassent les 50% de la consommation vidéo globale

Source : CBNEWS

Au second trimestre 2018, la consommation vidéo sur smartphone a pour la première fois dépassé dans le monde la barre des 50% de la consommation vidéo, soit +13,2% en un an, selon l’étude « Global Video Index » d’Ooyala. La consommation vidéo englobant cette fois tablette et smartphone a quant à elle progressé de +9,8% sur la période, dépassant 62% du total des vidéos en ligne pour la première fois. Dans le détail, la conso vidéo mobile dans la région EMEA a occupé 54% de la conso vidéo (+49% vs 2017) tandis qu’en Amérique du Nord elle était de 56% du total vidéo (+4%). Pour Ooyala, la part de la consommation vidéo mobile dans cette région dépasse les 50% depuis huit trimestres tandis que la part des vidéos longue durée visionnées sur smartphones a dépassé les 75%. Enfin, la part de consommation vidéo mobile en Amérique latine a dépassé les 65% (+20% en un an).

Pour plus d’informations : www.bigsuccess.fr 

51% des utilisateurs de YouTube l’utilisent pour apprendre de nouvelles choses

Source : clubic.com

YouTube a fait l’objet d’une enquête qui révèle que le réseau social vidéo est de première importance pour renforcer son savoir et ses compétences… dans tous les domaines.

Le Pew Research Center, un centre de recherche américain spécialiste en statistiques, a livré le 7 novembre les résultats de sa grande enquête menée cette année sur la manière dont le public utilise YouTube et ce que la plateforme peut lui apporter. Et ceux-ci font clairement apparaître que le réseau social vidéo n’est pas qu’une plateforme géante de divertissement.

YouTube, ce couteau suisse du savoir

51% des personnes interrogées indiquent utiliser la plateforme vidéo de Google pour comprendre comment arriver à faire quelque chose que l’on n’arrivait pas à faire auparavant, comme installer un store intérieur dans son salon.

D’autres statistiques révèlent l’utilité renforcée de YouTube pour le grand public. 28% des sondés estiment être des consommateurs des contenus de la plateforme uniquement pour « passer le temps ». 19% visionnent des vidéos sur YouTube pour parvenir à faire un choix (qu’il soit positif ou non) sur un produit qu’ils veulent éventuellement acheter (on espère que Clubic reste votre référence en la matière, hein). Le même pourcentage reconnaît se servir du service vidéo pour mieux comprendre ce qui se passe dans le monde.

L’efficacité des recommandations de la plateforme

Dans la pratique, les recommandations proposées par YouTube font que les utilisateurs privilégient des contenus de plus en plus longs (l’algorithme basé sur vos abonnements et vidéos précédemment regardées semble parfaitement fonctionner). En effet, 81% des internautes interrogés déclarent visionner au moins occasionnellement les vidéos suggérées par YouTube. 15% avouent le faire régulièrement.

Enfin, l’un des indicateurs de la bonne santé et de l’avenir providentiel de YouTube demeure les enfants. Un peu plus de 34% des parents laissent régulièrement leurs enfants regarder des vidéos sur YouTube. Au total, ils sont 81% à leur laisser consommer du contenu au moins de temps en temps. YouTube a encore de beaux jours devant lui.

Pour plus d’informations : www.bigsuccess.fr 

Facebook lance sa nouvelle application Lasso, un rival de TikTok

Source : blog-nouvelles-technologies.fr

Facebook n’a aucune honte quand il s’agit de recopier des fonctionnalités des dernières applications sociales qui menacent son leadership. Et, un autre exemple est désormais visible.

La société vient de publier l’application Lasso pour iOS et Android, qui est conçue pour offrir les mêmes fonctionnalités que TikTok, une application vidéo de plus en plus populaire parmi les adolescents. Il s’agit donc de la offre de Facebook pour séduire les adolescents, marché dont elle a perdu l’emprise. En 2018, seulement la moitié des adolescents déclarent utiliser encore Facebook, par rapport à 2014, où 71 % d’entre eux déclaraient le faire.

La populaire application TikTok permet aux utilisateurs d’enregistrer de courtes vidéos sur de la musique, évitant de passer par une application tierce labiale pour ce montage. L’application Lasso de Facebook affirme qu’il est « facile pour tout le monde de créer et de partager de courtes vidéos avec d’amusants effets », et inclut une « grosse bibliothèque musicale ». Sur Lasso, les utilisateurs peuvent donc s’enregistrer eux-mêmes en train de danser et de synchroniser leurs lèvres avec de la musique.

En plus de permettre la synchronisation labiale et la vidéo sur une musique comme TikTok, les utilisateurs de Lasso peuvent également créer de courtes vidéos, analogues à celles du défunt Vine.

Le partage en Stories

 

Les fonctionnalités de base des applications sociales se retrouvent également dans Lasso, notamment la possibilité de suivre d’autres utilisateurs, d’appliquer des hashtags aux vidéos et de rechercher par filtre. Les utilisateurs se connectent avec leur compte Facebook ou Instagram et doivent accorder l’accès à leur page de profil, ainsi qu’à leurs photos et vidéos. Après avoir créé une vidéo Lasso, elle peut éventuellement être partagée en tant que story sur Facebook, avec une intégration analogue sur Instagram dans un proche avenir.

Il est intéressant de noter que Facebook a publié Lasso en toute discrétion, après avoir révélé en octobre que l’application était en développement. Tout ce que nous avons vraiment vu, c’est un tweet du chef de produit de l’application. Il est probable que Facebook était pressé de publier l’application pour suivre la tendance de TikTok.

Pour plus d’informations sur : www.bigsuccess.fr