Appli Instagram : enfin une fonction pour supprimer un compte

Contraint de se plier aux nouvelles règles d’Apple, Instagram ajoute une fonction de suppression de compte directement dans l’appli mobile pour iOS. On attend la même chose pour la version Android.

Supprimer son compte Instagram a toujours été un casse-tête. Pour éviter que les utilisateurs lassés quittent le réseau social, Meta – propriétaire d’Instagram, de Facebook, de Messenger et de WhatsApp – avait rendu la tâche difficile. Jusqu’à présent, la suppression ou la désactivation de compte Instagram ne pouvait pas du tout s’effectuer depuis l’application mobile : il fallait absolument passer par le site Web, avec un navigateur, et farfouiller dans les menus (voir notre fiche pratique) pour trouver l’option (accessible dans une page dédiée). Une opération – volontairement ? – pénible, dans laquelle nombre d’utilisateurs n’osaient pas se lancer, par méconnaissance ou par flemme, ce qui arrangeait bien les affaires du réseau social, trop heureux de conserver sa base de « clients », même inactifs, et d’exploiter leurs données… 

Lire la suite sur CommentÇaMarche :

Des plantes peuvent pousser dans le noir complet grâce à la science

Les limites fondamentales de la nature sont à nouveau repoussées par la science qui pourrait aider grandement le monde agricole.

Il y a des choses contre lesquels la science ne peut rien. Des règles de la nature qui sont là depuis le commencement et qui semblent impossibles à transgresser. Mais alors que les chercheurs tentent toujours d’aller plus loin, ces derniers pourraient bien avoir franchi une de ces fameuses barrières naturelles.

Les scientifiques de l’université de Riverside et du Delaware viennent en effet de publier un article dans la revue Nature Food expliquant qu’ils ont réussi à faire pousser des plantes dans le noir. Si certaines espèces de plantes sont plus ou moins sensibles à la lumière, aucune ne peut se développer dans le noir absolu.

Pour rappel, la photosynthèse, qui est le mécanisme naturel à l’origine de la croissance des plantes, est conçue autour de trois grands axes. Si les deux premiers (les nutriments du sol et le dioxyde de carbone) se trouvent aussi bien dans le noir qu’en plein jour, ce n’est pas le cas du troisième facteur : la lumière. Cette dernière est essentielle à la croissance des plantes, et elle ne peut pas être remplacée, du moins elle ne pouvait pas l’être jusqu’à présent.

Produire des fruits et légumes dans le noir

Mais l’expérience menée par cette équipe de chercheurs américains semble avoir réussi à nous prouver le contraire. En remplaçant la lumière par de l’électricité, les scientifiques ont réussi à produire de l’acétate. Cette molécule a permis de nourrir la plante et de la faire grandir, alors même qu’elle se trouvait dans le noir complet.

Selon les chercheurs, cette méthode permettrait ainsi de produire dans le noir, mais aussi de produire en bien plus grande quantité. En effet, ils estiment que la production serait 18 % plus importante grâce à cette nouvelle méthode. D’après leurs estimations, le processus naturel qui permet aux plantes de se développer n’utilise qu’un seul pour cent de l’énergie produite par le Soleil.

Lire la suite sur Presse Citron :

La fin d’Internet Explorer fait paniquer la troisième puissance mondiale

Ce pays n’a pas anticipé à temps la disparition du célèbre navigateur.

Le 15 juin dernier, Microsoft a mis au support sur Internet Explorer. Ce jour marque donc en quelque sorte la disparition du navigateur internet. Si pour beaucoup, cela sonne comme une bonne nouvelle, ce n’est clairement pas le cas au Japon.

Contre toute attente, certains regrettent Internet Explorer

De manière surprenante, le pays du soleil levant n’a pas anticipé cette transition à temps et de très nombreux sites web continuent d’être configurés pour Internet Explorer. Parmi eux, des agences gouvernementales, mais aussi des institutions financières et des entreprises industrielles.

Nikkei Asia s’est procuré une enquêté réalisée en mars dernier par la société Keyman’s Net. On y apprend qu’un très grand nombre d’organisations utilisent toujours Internet Explorer, et que 49 % des personnes sondées recourent toujours au navigateur de Microsoft pour surfer sur le web.

Pire, de nombreux services internes aux entreprises ne sont accessibles que via Internet Explorer et notamment la gestion de présences des employés, le règlement des feuilles de frais, ainsi que certains outils.

Autre chiffre pour le moins troublant, en 2022, plus de 20 % des personnes interrogées n’avaient pas connaissance ou n’avaient pas trouvé de services alternatifs à ce navigateur. Des outils comme Google Chrome, Firefox, ou même Edge de Microsoft, ne font donc pas partie de leur univers.

Lire la suite sur Presse Citron :

Comment les jeunes utilisent les réseaux sociaux en France ?

Sur quels réseaux sociaux les jeunes passent-ils le plus de temps ? Une étude révèle les habitudes de la génération Z.

Que font les jeunes de la génération Z sur les réseaux sociaux ? D’ailleurs lesquels utilisent-ils le plus ? Vogz a mené une petite étude sur un panel de 1 000 jeunes âgés de 18 à 24 ans pour comprendre comment ils appréhendaient les réseaux sociaux, la publicité ainsi que le e-commerce.

TikTok et Twitter réseaux favoris

La tranche 18-24 ans passe plébiscite donc le réseau social TikTok (cité comme réseau favoris par 22,5% des répondants) suivi d’Instagram (19,5%) et Twitter (19,1%). Une tendance compréhensible dans la mesure où d’autres études marketing révèlent que les plus jeunes se tournent davantage vers le format vidéo. Mais pas seulement puisque les plus âgés commencent aussi à se laisser séduire par l’application chinoise.

Avec ses vidéos verticales très courtes que l’on peut visionner à l’infini, TikTok a donc trouvé la formule magique. Le format court a toute son importance puisque parmi les sondés, 1,1% ont donné Youtube comme plateforme favorite. La fin d’une époque.

Parmi les réseaux en perte de vitesse, on ne peut passer à côté de Facebook, décidément mal aimé des jeunes utilisateurs. Seulement 7% des sondés ont cité le réseau de Mark Zuckerberg comme favori.

Enfin, notons que Snapchat, qui était autrefois la plateforme privilégiée par cette tranche de la population, a perdu de sa superbe (15,5%). Le réseau social fantôme semble toucher une cible plus jeune si l’on se réfère aux récentes études de marché.

Lire la suite sur Presse Citron :

Au CEA-Leti, l’intelligence artificielle s’inspire des insectes

Doués pour prendre des décisions rapides avec des informations peu fiables et en consommant peu d’énergie, les insectes inspirent le CEA-Leti dans la conception de puces dédiées à l’intelligence artificielle. Lancé par un financement du Conseil européen de la recherche (ERC) de 3 millions d’euros fin mars, un projet vise à reproduire, en utilisant des technologies de réseaux de neurones, le mécanisme biologique de prise de décision de certains insectes.

D’une durée de cinq ans, il devrait aboutir à la création de puces de silicium capables d’analyser efficacement les données issues de différents capteurs. Les chercheurs trouvent notamment leur inspiration chez le criquet, dont un cerveau auxiliaire situé proche de la queue – sensible aux flux d’air – peut décider d’une fuite en cas de danger imminent.

Lire la suite sur L’Usine Nouvelle :

Le nouveau CEO de Pinterest veut faire de la plateforme le « centre commercial » du web

Le temps du fondateur rêveur d’un produit parfait est terminé. Avec Bill Ready, la prochaine tâche de Pinterest sera de générer de l’argent. Beaucoup d’argent. Et le plus rapidement possible.

Pinterest a un nouveau CEO. Ben Silbermann s’en va et c’est Bill Ready qui le remplace. Cet homme d’une quarantaine d’années a eu quelques expériences significatives. Il a notamment été COO de PayPal et a passé les deux dernières années en tant que directeur du commerce et des paiements chez Google. Il souhaite faire de Pinterest le nouveau « centre commercial » du web.

Bill Ready va aider Pinterest à générer plus d’argent

Ben Silbermann ne quitte pas vraiment l’entreprise. Il prévoit de devenir le président exécutif de Pinterest, suivant ainsi le chemin d’un certain nombre de CEO du secteur des technologies qui sont récemment passés des « tranchées quotidiennes » de la gestion de leur entreprise à un siège relativement plus détendu dans la salle du conseil. Il s’est exprimé sur cette passation et estime que « Bill sera en fait un meilleur CEO que moi pour ce prochain chapitre de l’entreprise ». Le temps du fondateur rêveur d’un produit parfait est terminé. La prochaine tâche de Pinterest est de générer de l’argent. Beaucoup d’argent. Et rapidement

Nombreux sont les analystes à estimer que Pinterest a longtemps semblé être une opportunité manquée pour les investisseurs. La plateforme compte des centaines de millions d’utilisateurs mais n’arrive pas pour autant à connaître une croissance rapide, ni à gagner beaucoup d’argent. Pourtant, la plupart des utilisateurs passent leur temps à rechercher et à épingler des articles qu’ils aimeraient acheter. Au fil des années, Pinterest a joué le rôle de moteur de découverte et de curation extrêmement puissant pour les acheteurs du monde entier. Il ne reste plus qu’une étape à atteindre : trouver un moyen de générer beaucoup plus de revenus.

Lire la suite sur Siècle Digital :

Les social natives s’informent d’abord sur Instagram, TikTok et consorts

La jeune génération s’informe différemment de ses aînés. Les 18-34 ans ne consultent pas ou peu les médias traditionnels comme la radio, la télévision et la presse papier, leur préférant les réseaux sociaux.

C’est un fait, les jeunes générations entretiennent un rapport ambivalent avec les médias. S’ils accordent une faible confiance aux différents modes d’accès à l’information et aux journalistes, les jeunes n’en demeurent pas moins friands d’actualité. Le dernier rapport Digital News Report de l’institut Reuters détaille la consommation médiatique des personnes âgées de 18 à 34 ans. Cette classe d’âge englobe deux types d’informés : les social natives, ces jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans biberonnés aux réseaux sociaux ; et les digital natives, les 25-34 ans qui ont, eux, grandi avec le numérique, mais pas avec Meta (ancien Facebook), Instagram et consorts.

Il s’avère qu’ils n’entretiennent pas le même rapport avec les différents modes d’accès à l’information. 45 % des Britanniques entre 25 et 34 ans se rendent sur les sites Internet ou les applications mobiles des médias généralistes pour suivre l’actualité. En comparaison, seuls 28 % de leurs compatriotes âgés de 18 à 24 ans en font autant. Ces derniers sont plus susceptibles de s’informer grâce aux réseaux sociaux, aux agrégateurs et aux moteurs de recherche que leurs aînés.

Leur péché mignon : les sources d’information très visuelles comme Instagram, Telegram et plus récemment TikTok. L’application chinoise s’est imposée, en quelques années à peine, dans la routine médiatique des social natives. Ainsi, 8 % des Britanniques de 18 à 24 ans l’utilisent pour suivre les dernières actualités. Ils sont toutefois bien plus nombreux à consulter Twitter (21 %) et Instagram (17 %) dans cette optique. Si leurs aînés, les digital natives, s’informent aussi sur les réseaux sociaux, ils sont bien plus fidèles à Meta, avec qui ils ont grandi.

Les sources d’information en France de 2013 à 2022
© Reuters Institute for the Study of Journalism

L’information différemment

Les jeunes générations préfèrent les réseaux sociaux aux médias traditionnels pour de multiples raisons. Elles apprécient le ton informel des contenus informatifs que ces plateformes hébergent, ainsi que la liberté de traitement médiatique qu’elles permettent. « À la télévision, on voit toujours les mêmes choses, mais sur YouTube, Spotify, TikTok, il y a une grande variété« , explique ainsi un Brésilien de 18 ans aux chercheurs de l’institut Reuters. « On peut avoir accès à tout ça et voir qu’il y a de la diversité et [des façons de vivre différentes des nôtres] ».

Si l’information peut être plus légère sur les réseaux sociaux, elle n’est pas pour autant décorrélée des grands événements mondiaux comme la guerre en Ukraine. Les smartphones généralisent les possibilités du direct, tant pour les journalistes que pour les personnes qui ne sont pas des professionnels des médias. Ces outils permettent à des militaires comme le soldat ukrainien Alex Hook de s’improviser reporters de guerre et de poster des vidéos montrant le conflit tel qu’ils le vivent « de l’intérieur » sur TikTok.

Mais cette facilité d’accès à l’information n’est pas sans danger. L’entreprise NewsGuard, spécialisée dans la lutte contre la propagation de fausses informations et l’évaluation de la fiabilité de l’information en ligne, a ainsi constaté que les utilisateurs de TikTok se retrouvaient confrontés à des contenus mensongers ou à de la propagande à propos de la guerre en Ukraine. L’algorithme de la plateforme recommanderait même ces contenus fallacieux.

Bien que les jeunes générations apprécient particulièrement les sources d’information très visuelles, elles ne se détournent pas pour autant de l’écrit et de l’audio. La plupart des moins de 35 ans préfèrent ainsi lire les dernières actualités plutôt que les suivre en vidéo, d’après le rapport Digital News Report. Sur ce point, ils ne sont pas si différents de leurs aînés.

Lire la suite sur LES NUMÉRIQUES :

LE MAGASIN PLUS FORT QUE LE WEB : RENVERSEMENT DE TENDANCE ?

Une simple statistique finement analysée par Cardlytics, une plateforme publicitaire spécialisée dans les programmes de fidélité des banques et cotée en bourse, vient remettre les pendules post-pandémiques à l’heure. Alors que l’e-commerce connaîtrait une croissance nulle au 1er trimestre 2021, les magasins physiques verraient leurs revenus continuer de croître. La croissance des brick & mortars serait de 3%. Ce aux Etats-Unis. 

On assiste à un renversement de tendance. Est-il provisoire ? Le contexte trouble y est pour quelque chose, marqué par la crise des approvisionnements, la guerre en Ukraine, l’inflation et la perspective d’un remontée des taux d’intérêt. 

Il serait le signe de la récession tant redoutée, dans laquelle les Etats-Unis seraient entrés ou pourraient entrer de façon imminente. Les économistes pensent que le PIB aurait connu outre Atlantique une croissance négative au deuxième trimestre. Ce qui voudrait dire que la baisse a concerné deux trimestres consécutifs : par consensus, la définition même de la récession. 

Lire la suite sur VIUZ :

Les voitures électriques du futur n’auront peut-être plus besoin de se charger

Se rapproche-t-on d’une nouvelle révolution dans les voitures électriques ? Plusieurs équipes à travers le monde seraient proches d’une avancée décisive autour de “batteries quantiques” qui pourraient délivrer plus d’1 million de km d’autonomie. Du moins en théorie.

L’autonomie des voitures électriques rattrape doucement celle des meilleures voitures thermiques en la matière. Mais cela pourrait vite changer avec des batteries qui tiennent la charge plus de 1 millions de kilomètres. Dit autrement : à ce compte, ce serait la fin de la recharge des voitures électriques. En 2022, même si la recharge rapide fait des progrès, le réseau adapté met du temps à se déployer, ce qui peut susciter chez les personnes tentées par l’électrique encore de l’anxiété. Mais les progrès sont rapides, et des technologies qui pourraient nous paraître incroyables en 2022 pourraient voir le jour plus vite qu’on ne pourrait le penser.

L’une de ces technologies, ce sont les batteries quantiques : elles pourraient changer la donne, de la voiture aux smartphones, en passant par les objets connectés et les objectifs d’émission carbone. Les batteries restent l’objet de recherches intenses. L’industrie maîtrise déjà assez bien plusieurs types de chimie, et les constructeurs de voitures électriques savent, en 2022, délivrer suffisamment de puissance et d’autonomie pour des véhicules dont les performances dépassent souvent celles de la plupart des voitures essence et diesel.

Lire la suite sur Presse Citron :

Les méthodes de paiement fiable pour payer en ligne

Les achats et autres opérations en ligne sont de plus en plus recommandés. Elles sont pratiques, fiables et également moins coûteuses, car vous pouvez faire même les paiements en ligne. 

Il faut ainsi opter pour les meilleures solutions de paiement qui vous permettront de protéger vos données bancaires et d’éviter les surprises désagréables. Pour cela, une bonne sélection des moyens de payement en ligne vous est présentée ci-dessous.

La carte bleue 3D Secure

Il s’agit ici d’une option que Visa et MasterCard proposent à leurs clients. Avec la carte bleue 3D Secure, vous recevrez des SMS au cours de vos commandes en ligne. Les messages comportent des codes uniques que vous pouvez insérer lors de votre achat pour valider ce dernier. Tout ceci permet de limiter les risques de fraude et de vol. La carte bleue 3D Secure est proposée gratuitement et est reconnue comme l’une des excellentes alternatives pour faire les paiements en ligne.

PayPal

PayPal fait partie des plateformes de paiement en ligne les plus reconnues au monde en raison de sa fiabilité. Sur cette plateforme, il est possible d’enregistrer et de protéger ses coordonnées bancaires. Au cours de vos achats en ligne, le site s’occupera de la sécurisation de vos paiements. Pour cela, il vous demandera à chaque fois d’inscrire votre mot de passe, parce qu’il n’a pas directement accès à vos données personnelles. PayPal est une solution gratuite qui intéresse plusieurs personnes. Malheureusement, le site n’est pas accessible sur toutes les plateformes de vente en ligne.

La e-carte bleue

Il s’agit ici d’une option qui intéresse un nombre important des citoyens qui font leurs opérations en ligne. Les joueurs de casino, notamment, ceux qui aiment jouer avec neosurf préfèrent la présente solution de paiement en ligne. La e-carte bleue est assez sécurisée et est proposée par plusieurs institutions bancaires. Pour utiliser cette carte, il suffit de se rapprocher des banques qui la proposent et d’exprimer votre besoin. Inscrivez-vous ensuite à ce service. Avec ce moyen de paiement, vous aurez un numéro de carte bancaire unique que vous pouvez utiliser pour payer toutes vos opérations en ligne.

La e-carte bleue est l’un des meilleurs moyens par lesquels vous pourrez éviter le vol de vos données. Pour faire un paiement en ligne avec cette carte sur une plateforme marchande, il suffit de choisir l’option paiement par e-carte bleue. De cette manière, le logiciel de votre banque pourra s’ouvrir en parallèle. Ce dernier vous fournira un numéro de carte, une date de validité de même qu’un cryptogramme qui facilitera votre transaction. Les acheteurs frénétiques auront à répéter cette opération à chaque fois qu’ils souhaiteront faire leurs achats. Le service est facturé par un nombre important de banques en ligne à l’exception de quelques-unes.

Lire la suite sur Wazza Tech :

Expert Digital