Vélo électrique : la prime doublée aujourd’hui, comment en profiter ?

Tous les feux sont au vert pour vous essayer au vélo électrique. Une prime pour les vélos classiques s’ajoute également. Le changement a lieu ce lundi 15 août 2022.

Pour pousser les Français à baisser leur empreinte carbone, le Gouvernement propose diverses aides pour les personnes qui optent pour un mode de transport plus doux. La bonne nouvelle concerne la prime dédiée aux vélos électriques qui change dès ce lundi 15 août. Son montant augmente et concerne un plus grand nombre de personnes, pour ne pas dire la totalité. Si vous vouliez vous mettre au vélo électrique, on vous conseille d’attendre encore quelques semaines avant de passer à l’achat.

Les montants et les conditions d’éligibilité

Le Gouvernement a choisi d’augmenter le bonus déjà existant pour l’achat d’un vélo électrique. Le changement a lieu ce lundi 15 août 2022. Cela fait suite au vote d’un amendement des députés dans le cadre du projet de loi de finance rectificative pour 2022. Une enveloppe additionnelle de 5 millions d’euros sera dédiée à la prime pour l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE).

Jusqu’à présent, la prime ne pouvait monter que jusqu’à 200 euros. Une aide qui permettait déjà de réduire la note salée d’un vélo à assistance électrique. À partir d’aujourd’hui, le bonus passe à 300 euros. Et ce, pour tous les foyers. Encore mieux, il va monter à 400 euros pour les ménages aux revenus plus modestes (au revenu fiscal inférieur à 13 489 euros par personne).

En termes d’éligibilité, vous n’aurez plus besoin de bénéficier d’une aide similaire de la part d’une collectivité locale pour être éligible à cette prime. Bref, tous les feux sont au vert pour s’essayer au vélo électrique. À l’heure où la planète souffre de plus en plus et où le prix du carburant flambe, c’est une excellente nouvelle.

Pour l’achat d’un vélo-cargo électrique ou d’un vélo pliant, la prime est également revue à la hausse. Ainsi, elle peut atteindre jusqu’à 2000 euros au lieu de 1000 euros comme c’était le cas jusqu’alors. Cela représente 40% du prix d’achat du deux-roues, de quoi le rendre bien plus accessible et compétitif par rapport à un scooter, une trottinette ou une moto.

Lire la suite sur Presse Citron

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.