La fin d’Internet Explorer fait paniquer la troisième puissance mondiale

Ce pays n’a pas anticipé à temps la disparition du célèbre navigateur.

Le 15 juin dernier, Microsoft a mis au support sur Internet Explorer. Ce jour marque donc en quelque sorte la disparition du navigateur internet. Si pour beaucoup, cela sonne comme une bonne nouvelle, ce n’est clairement pas le cas au Japon.

Contre toute attente, certains regrettent Internet Explorer

De manière surprenante, le pays du soleil levant n’a pas anticipé cette transition à temps et de très nombreux sites web continuent d’être configurés pour Internet Explorer. Parmi eux, des agences gouvernementales, mais aussi des institutions financières et des entreprises industrielles.

Nikkei Asia s’est procuré une enquêté réalisée en mars dernier par la société Keyman’s Net. On y apprend qu’un très grand nombre d’organisations utilisent toujours Internet Explorer, et que 49 % des personnes sondées recourent toujours au navigateur de Microsoft pour surfer sur le web.

Pire, de nombreux services internes aux entreprises ne sont accessibles que via Internet Explorer et notamment la gestion de présences des employés, le règlement des feuilles de frais, ainsi que certains outils.

Autre chiffre pour le moins troublant, en 2022, plus de 20 % des personnes interrogées n’avaient pas connaissance ou n’avaient pas trouvé de services alternatifs à ce navigateur. Des outils comme Google Chrome, Firefox, ou même Edge de Microsoft, ne font donc pas partie de leur univers.

Lire la suite sur Presse Citron :

Comment les jeunes utilisent les réseaux sociaux en France ?

Sur quels réseaux sociaux les jeunes passent-ils le plus de temps ? Une étude révèle les habitudes de la génération Z.

Que font les jeunes de la génération Z sur les réseaux sociaux ? D’ailleurs lesquels utilisent-ils le plus ? Vogz a mené une petite étude sur un panel de 1 000 jeunes âgés de 18 à 24 ans pour comprendre comment ils appréhendaient les réseaux sociaux, la publicité ainsi que le e-commerce.

TikTok et Twitter réseaux favoris

La tranche 18-24 ans passe plébiscite donc le réseau social TikTok (cité comme réseau favoris par 22,5% des répondants) suivi d’Instagram (19,5%) et Twitter (19,1%). Une tendance compréhensible dans la mesure où d’autres études marketing révèlent que les plus jeunes se tournent davantage vers le format vidéo. Mais pas seulement puisque les plus âgés commencent aussi à se laisser séduire par l’application chinoise.

Avec ses vidéos verticales très courtes que l’on peut visionner à l’infini, TikTok a donc trouvé la formule magique. Le format court a toute son importance puisque parmi les sondés, 1,1% ont donné Youtube comme plateforme favorite. La fin d’une époque.

Parmi les réseaux en perte de vitesse, on ne peut passer à côté de Facebook, décidément mal aimé des jeunes utilisateurs. Seulement 7% des sondés ont cité le réseau de Mark Zuckerberg comme favori.

Enfin, notons que Snapchat, qui était autrefois la plateforme privilégiée par cette tranche de la population, a perdu de sa superbe (15,5%). Le réseau social fantôme semble toucher une cible plus jeune si l’on se réfère aux récentes études de marché.

Lire la suite sur Presse Citron :

Au CEA-Leti, l’intelligence artificielle s’inspire des insectes

Doués pour prendre des décisions rapides avec des informations peu fiables et en consommant peu d’énergie, les insectes inspirent le CEA-Leti dans la conception de puces dédiées à l’intelligence artificielle. Lancé par un financement du Conseil européen de la recherche (ERC) de 3 millions d’euros fin mars, un projet vise à reproduire, en utilisant des technologies de réseaux de neurones, le mécanisme biologique de prise de décision de certains insectes.

D’une durée de cinq ans, il devrait aboutir à la création de puces de silicium capables d’analyser efficacement les données issues de différents capteurs. Les chercheurs trouvent notamment leur inspiration chez le criquet, dont un cerveau auxiliaire situé proche de la queue – sensible aux flux d’air – peut décider d’une fuite en cas de danger imminent.

Lire la suite sur L’Usine Nouvelle :

Le nouveau CEO de Pinterest veut faire de la plateforme le « centre commercial » du web

Le temps du fondateur rêveur d’un produit parfait est terminé. Avec Bill Ready, la prochaine tâche de Pinterest sera de générer de l’argent. Beaucoup d’argent. Et le plus rapidement possible.

Pinterest a un nouveau CEO. Ben Silbermann s’en va et c’est Bill Ready qui le remplace. Cet homme d’une quarantaine d’années a eu quelques expériences significatives. Il a notamment été COO de PayPal et a passé les deux dernières années en tant que directeur du commerce et des paiements chez Google. Il souhaite faire de Pinterest le nouveau « centre commercial » du web.

Bill Ready va aider Pinterest à générer plus d’argent

Ben Silbermann ne quitte pas vraiment l’entreprise. Il prévoit de devenir le président exécutif de Pinterest, suivant ainsi le chemin d’un certain nombre de CEO du secteur des technologies qui sont récemment passés des « tranchées quotidiennes » de la gestion de leur entreprise à un siège relativement plus détendu dans la salle du conseil. Il s’est exprimé sur cette passation et estime que « Bill sera en fait un meilleur CEO que moi pour ce prochain chapitre de l’entreprise ». Le temps du fondateur rêveur d’un produit parfait est terminé. La prochaine tâche de Pinterest est de générer de l’argent. Beaucoup d’argent. Et rapidement

Nombreux sont les analystes à estimer que Pinterest a longtemps semblé être une opportunité manquée pour les investisseurs. La plateforme compte des centaines de millions d’utilisateurs mais n’arrive pas pour autant à connaître une croissance rapide, ni à gagner beaucoup d’argent. Pourtant, la plupart des utilisateurs passent leur temps à rechercher et à épingler des articles qu’ils aimeraient acheter. Au fil des années, Pinterest a joué le rôle de moteur de découverte et de curation extrêmement puissant pour les acheteurs du monde entier. Il ne reste plus qu’une étape à atteindre : trouver un moyen de générer beaucoup plus de revenus.

Lire la suite sur Siècle Digital :