YouTube veut cacher le nombre de dislikes sous les vidéos

Avec la suppression du compteur de dislikes, YouTube souhaite garantir une meilleure sécurité aux créateurs de contenus.

La disparition du compteur de dislikes

YouTube vient d’annoncer le lancement d’un nouveau test sur sa plateforme d’hébergement vidéo : supprimer le compteur de dislikes sous les contenus des créateurs. Concrètement, seul le nombre de mentions « je n’aime pas » disparaît et il est encore possible pour le spectateur de cliquer sur le bouton représenté par un pouce vers le bas pour manifester son mécontentement. YouTube a par ailleurs précisé que ce test était effectué« en réponse aux retours des créateurs autour du bien-être et des campagnes ciblées de dislikes ».

Du côté des créateurs, l’accès au nombre exact de dislikes est encore disponible via le dashboard de statistiques intégré dans YouTube Studio.

Protéger les créateurs sur les réseaux sociaux

Google n’est pas le premier à tenter de diminuer l’importance des chiffres sur les réseaux sociaux. En effet, Instagram avait déjà testé la fin du nombre de likes sous ses publications. La logique derrière ces actions ? Tenter de protéger les créateurs de contenus des tentatives de cyberharcèlement, avec par exemple des campagnes de dislikes massives lancées par des internautes malintentionnés. En cachant le nombre de mentions « je n’aime pas », YouTube permet ainsi de limiter l’impact des ces raids.

Une annonce aux retours mitigés

Si le bouton « je n’aime pas » connaît parfois des débordements, il reste tout de même très utile. Du côté des créateurs, cette statistique leur permet de savoir si le contenu plaît et si la ligne éditoriale choisie est en accord avec leur communauté. Parallèlement, les spectateurs peuvent s’appuyer sur les compteurs de likes/dislikes pour avoir un aperçu rapide de la qualité du contenu qu’ils s’apprêtent à visionner. Au final, l’algorithme utilise également le compteur pour suggérer (ou non) une vidéo plutôt qu’une autre selon sa cote de popularité.

À la suite de cette annonce, certains internautes ont donc exprimé leur doutes concernant l’efficacité d’une telle mesure, en précisant notamment que les spectateurs pourraient tout à fait utiliser l’espace commentaire pour rédiger et « transformer » un commentaire en tant que bouton « je n’aime pas ».

Lire la suite sur Blog du Modérateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.