YouTube déploie la fonctionnalité Super Thanks pour les créateurs

Au cours du mois de décembre 2021, plus de 5 000 chaînes en France ont généré des revenus sur YouTube grâce à des solutions de monétisation alternatives (hors revenus publicitaires grâce aux annonces) – soit une augmentation de plus de 20 % par rapport à l’année précédente -, a déclaré la plateforme YouTube dans un article de blog. « Au cours des dernières années, nous avons développé plusieurs outils, comme Super Chat, les souscriptions aux chaînes, le merchandising et YouTube BrandConnect, qui permettent aux créatrices et créateurs éligibles participant au Programme Partenaire YouTube de générer ainsi des revenus supplémentaires ».

YouTube a annoncé le déploiement de la fonctionnalité Super Thanks à toutes les créatrices et créateurs éligibles participant au Programme Partenaire YouTube. « Cette fonctionnalité, désormais étendue à 68 pays, permet à des millions de créatrices et créateurs monétisant leurs contenus, de générer des revenus tout en renforçant leurs liens avec leurs spectateurs », a indiqué la plateforme. Lorsqu’ils regardent une vidéo YouTube, les spectateurs peuvent acheter des Super Thanks à des prix différents, allant de 2€ à 50€ (ou l’équivalent dans la devise locale) pour soutenir leurs créatrices et créateurs préférés et les contenus qu’ils apprécient, ainsi que pour montrer leur reconnaissance.

YouTube a également annoncé que les spectateurs peuvent désormais personnaliser leur commentaire Super Thanks (la réponse par défaut auparavant étant « Merci »). Ils espèrent ainsi aider les créatrices, les créateurs et leurs « super » fans à avoir des interactions plus naturelles et authentiques.

Lire la suite sur CBNEWS.

Qui a inventé l’Intelligence Artificielle ?

L’Intelligence Artificielle (IA) est aujourd’hui au centre même de notre existence. Véritable outil au service des nouvelles technologie, l’intelligence artificielle offre aux utilisateurs une expérience unique basée sur la résolution de problématiques diverses par la logique. On compare également le comportement des machines à celui de véritables humains. Mais qu’est-ce que l’intelligence artificielle exactement ? Quand est-ce apparu pour la première fois ? Quelle est son histoire depuis sa création ? Tour d’horizon.

L’intelligence artificielle : définition

L’intelligence artificielle, aussi appelée intelligence informatique, vise à imiter le comportement du cerveau lors de la prise de décisions. Ce terme regroupe alors  les « théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence.” Diverses techniques sont alors mises en place pour permettre aux machines de mimer l’intelligence réelle.

L’intelligence artificielle : naissance d’un concept au milieu du XXème siècle

La première fois que l’on entend parler de l’intelligence artificielle remonte aux années 50. On doit alors ce nouveau terme à Alan Turing, grand mathématicien. En 1950, il publie un article intitulé « Computing Machinery and Intelligence » dans lequel il évoque son intention de donner aux machines la capacité d’intelligence. C’est de là qu’est né le concept du test de Turing, qui permet alors d’identifier la capacité d’une machine à tenir une conversation humaine, plus ou moins parfaite. Ainsi, si une personne n’est pas capable de dire si elle a conversé avec un autre individu ou une machine, alors le test de Turing est réussi.

On prête également l’apparition de l’intelligence artificielle à Warren Weaver en 1949 et son idée que les machines pourraient traduire automatiquement un texte en langue étrangère.

Mais c’est en 1956 que l’intelligence artificielle s’impose comme un véritable domaine scientifique à travers le monde. Par la suite, les prestigieuses universités des Etats-Unis étudieront l’intelligence artificielle.

L’évolution de l’intelligence artificielle jusque dans les années 2000

Très vite, l’intelligence artificielle demeure un domaine réservé au Département de la Défense, aux Etats-Unis. Cette révolution technologique a le vent en poupe et beaucoup d’experts pensent alors que l’intelligence artificielle dominera le monde dans les années 2000.

Mais à l’aube des années 70 survient la période appelée « AI Winter » (l’hiver de l’intelligence artificielle). Cela signifie que ce concept perd de sa superbe. Les projets n’aboutissent pas, malgré des investissements très onéreux. Ainsi, les investisseurs délaissent un temps l’IA pour se focaliser sur des projets porteurs de résultats concrets.

Dans les années 80, l’IA redore son blason. Le marché est de l’ordre d’1 milliard de dollars et suffit alors à remotiver les investisseurs qui injectent de nouveau des fonds dans les projets entourant l’intelligence artificielle.
La loi de Moore, créée en 1965 par le docteur Gordon E. Moore, entoure l’évolution de la puissance de calcul des ordinateurs et la complexité des outils informatiques. Cette loi permet alors aux experts de mettre l’IA au service de domaines bien particuliers : la collecte et l’entreposage des données (data mning), le médical, etc.

1997 : le Deep Blue bat le champion d’échec

C’est un événement attendu avec impatience. Nous sommes en 1997. IBM, multinationale spécialisée dans les outils informatiques, lance le Deep Blue. Il s’agit d’un superordinateur de presque deux mètres de haut et de plus de 700 kilos, spécialisé dans le jeu d’échecs. Pour démontrer sa performance, deux matchs de six parties ont été organisés entre la machine Deep Blue et le champion du monde en titre du jeu d’échecs : Garry Kasparov.

Le premier match a lieu en 1996, à Philadelphie. Gary Kasparov remporte quatre des six parties. Le deuxième match a lieu en 1997 à New York. C’est la consécration : la machine remporte le match sur un score de 3,5 contre 2,5 pour le champion du monde.

Les années 2000 : l’IA au cœur de la société

Avec les progrès et les innovations technologiques multiples du XXIème siècle, l’intelligence artificielle s’est imposée comme un enjeu de société. Cette science est d’ailleurs le sujet central de nombreux films dont l’un est très connu : Matrix.
Par la suite, Internet se démocratise au point que la majeure partie des foyers disposent désormais d’un ordinateur et d’une connexion à internet. La production en série des ordinateurs les rend alors plus accessibles financièrement. Il en existe de toutes sortes, de diverses capacités et performances. Pour certains pays, comme la Corée du nord par exemple, l’intelligence artificielle fait peur et doit avoir des limites. En effet, la question se pose de savoir jusqu’où les machines pourront prendre le pas sur l’intelligence réelle des humains.

A partir des années 2010, le deep learning et le machine learning voient le jour. Ce sont des procédés qui permettent aux machines d’apprendre des règles pour fonctionner.

Aujourd’hui l’intelligence artificielle s’empare même des géants du numérique (Amazon, Facebook, etc), qui investissent dans des projets de grandes ampleurs, oubliant parfois leur cœur de métier.

Lire la suite sur Les Echos.

Snapchat lance un mini drone et des nouveautés pour les créateurs et les marques

Snapchat a annoncé une série de nouveautés à l’occasion du Snap Partner Summit : mode réalisateur, amélioration des Lens, mini drone…

Un mode réalisateur pour les créateurs de contenu

Snapchat a annoncé l’arrivée du mode réalisateur, qui se compose d’un ensemble d’outils d’édition pour améliorer le contenu des créateurs sur la plateforme. Parmi les nouveautés :

  • Dual Camera : il est possible d’utiliser de manière simultanée votre caméra frontale et caméra arrière. L’objectif : créer des clichés à 360 degrés, sans avoir besoin d’utiliser une caméra spéciale ou une application secondaire,
  • Green screen : Snapchat propose un mode green screen (écran vert), pour transformer facilement l’arrière plan de votre vidéo, et intégrer des éléments plus facilement.
  • Camera speed : il est possible de modifier la vitesse d’une vidéo (accélération ou ralentissement), afin de rajouter du dynamisme à vos prises de vues.

Le déploiement du mode réalisateur est prévu dans les prochains mois sur iOS, puis un peu plus tard cette année sur Android.

De nouvelles technologies AR pour faciliter les achats en ligne

Depuis janvier 2020, ce sont plus de 250 millions d’internautes qui ont utilisé les Lenses shopping en réalité augmentée. Une véritable opportunité pour les marques qui souhaitent proposer une expérience utilisateur améliorée. En ce sens, Snap Inc. a annoncé de nombreuses fonctionnalités pour offrir de nouvelles possibilités aux entreprises, parmi lesquelles :

  • 3D Asset Manager : les marques peuvent demander, gérer et optimiser des modèles 3D, pour l’ensemble de leurs produits, et ainsi créer des Lenses shopping en quelques secondes, sans frais supplémentaires.
  • AR Image Processing Technology : un nouveau type de Lens qui permet d’essayer des vêtements sans avoir besoin de se changer.
  • Dress Up : une nouvelle section qui regroupe une variété d’articles de mode, à la manière du marketplace. Les utilisateurs ont la possibilité de mettre à jour leurs préférences d’achats, et ainsi d’avoir des produits recommandés qui leur correspondent.
  • Camera Kit : Snapchat propose un SDK AR qui permet d’intégrer les Lenses Snap sur les sites web et les pages produits des marques, afin d’améliorer l’expérience de shopping des visiteurs.

De nouveaux outils pour les développeurs de Lenses

Après l’arrivée de Lens Studio en 2017, ce sont aujourd’hui plus de 2,5 millions de Lenses qui ont été créés par des développeurs aux quatre coins du monde. Pour soutenir la croissance des filtres en réalité augmentée, Snap Inc. propose désormais Lens Cloud, un ensemble d’outils destinés à faciliter le travail des développeurs. Lens Cloud est composé de 3 services  :

  • Storage Services : pour stocker des ressources dans le cloud de Snapchat, et sauvegarder des projets,
  • Location Services : pour utiliser des templates de villes, et intégrer leurs Lenses dans des lieux spécifiques,
  • Multi-Users Services : pour permettre à plusieurs personnes d’interagir au même moment, avec la même Lens.

Les développeurs auront également la possibilité d’accéder à Ray Tracing prochainement, une fonction qui permet de créer des Lens plus réalistes, avec la prise en charge des reflets des éléments en réalité augmentée.

Lancement d’un mini drone aux couleurs de Snapchat

Autre nouveauté inattendue : Pixy, « la caméra amie qui vole à vos côtés ». Pixy est un mini drone, couleur jaune Snapchat, qui vous permet de capturer des photos et des vidéos facilement.

Concrètement, Pixy propose une configuration très simple, et 4 trajectoires de vol différentes (mode stationnaire, suivi de vos déplacements, etc.). Le drone s’envole à quelques mètres de vous, réalise des photos et des vidéos, puis revient se poser dans votre main. Les clichés sont directement enregistrés dans Snapchat Memories, et vous pouvez les éditer avec les outils de création disponibles sur la plateforme.

Lire la suite sur BDM.

6 événements du digital à ne pas manquer en mai 2022

Retrouvez dans cette sélection : Google I/O, All for Content, Hubday Data & AI for business, Meta Conversations, Black & White SEO et Microsoft Build.

Google I/O, du 11 au 12 mai, en ligne

La conférence annuelle de Google dédiée aux développeurs se déroulera en ligne, et sera diffusée depuis le Shoreline Amphitheatre de Mountain View, en Californie. Au programme : de nombreuses conférences techniques ainsi que la présentation de nouveaux produits, services et fonctionnalités. Les principales nouveautés attendues concernent le smartphone Pixel 6A et la montre Pixel Watch. Le planning détaillé n’a pas encore été dévoilé, mais il devrait bientôt être disponible.

All for Content, du 17 au 18 mai, à Paris

Ne manquez pas le salon du contenu de marques All for Content, organisé au New Cap Event Center à Paris les 17 et 18 mai prochains. Vous pourrez y retrouver plus de 20 conférences et 30 ateliers pour vous aider à perfectionner votre stratégie éditoriale, mais aussi créer ou améliorer votre content factory. Au programme : l’importance de la stratégie de contenu de marques dans la communication d’entreprise, ainsi que des bonnes pratiques pour les directions marketing et communication en vue de recruter et de fidéliser leurs clients.

Hubday Data & AI for business, du 17 au 18 mai, à Paris et en ligne

Vous souhaitez échanger sur les nouvelles opportunités que peut apporter l’IA pour booster vos performances marketing et économiques ? Le Hubday Data & AI for business est l’occasion de rencontrer des experts, d’écouter des témoignages de marques innovantes et de networker. Au programme : les tendances à suivre en 2022, des exemples concrets de marques qui utilisent l’IA dans leur stratégie marketing, ou encore l’optimisation publicitaire grâce aux données. L’événement propose des sessions exclusives organisées sur place, à la Maison de la Mutualité (Paris 5e), et des interventions hybrides, qui pourront être suivies en ligne.

Meta Conversations, du 19 au 21 mai, en ligne

Meta vous donne rendez-vous pour son premier événement en ligne autour de l’avenir de la communication professionnelle, ainsi que de l’usage des comptes business sur les services de messagerie. Vous y découvrirez de nouvelles fonctionnalités ainsi que des bonnes pratiques pour renforcer la communication d’entreprise sur WhatsApp, Instagram et Messenger. Le but de ces journées d’échange : vous permettre de mieux communiquer avec votre clientèle sur les plateformes de messagerie de Meta. L’événement est entièrement gratuit, et il est nécessaire de s’inscrire pour y accéder.

Black & White SEO, le 20 mai, à Décines-Charpieu

Le Black and White SEO est de retour pour sa 3ème édition. Organisé au Groupama Stadium de Décines-Charpieu, près de Lyon, l’événement vous offre la possibilité de rencontrer des experts du SEO, afin d’échanger autour de cas concrets en entreprise. Toutes les présentations seront exclusives aux participants (400 maximum). 9 conférences sont prévues tout au long de cette journée, animées par 10 speakers soigneusement choisis, pour aborder un maximum d’exemples inspirants et ouvrir la discussion sur vos problématiques SEO.

Microsoft Build, du 24 au 26 mai, en ligne

La conférence annuelle de Microsoft destinée aux développeurs web sera diffusée uniquement en ligne. L’objectif de cet événement : dévoiler les nouvelles mises à jour logicielles de la firme et présenter les outils de demain.

Lire la suite sur BDM.

TikTok veut proposer un historique pour retrouver les vidéos visionnées

TikTok teste une nouvelle fonctionnalité pour parcourir l’historique des vidéos visionnées.

TikTok ne vous permet actuellement pas de revoir des vidéos aperçues dans les suggestions sans les avoir préalablement aimées ou ajoutées à vos favoris. Avec cette option, vous pourrez bientôt les retrouver facilement. Le réseau social teste actuellement l’ajout d’un historique.

Une nouvelle fonctionnalité pour voir l’historique des vidéos regardées

D’après les captures de Hammod Oh retweetées par Matt Navarra, consultant en médias sociaux, TikTok testerait actuellement Watch History, une option pour retrouver l’historique des contenus visionnés.

En rafraichissant accidentellement la page Pour toi, vous pouvez perdre une vidéo à cause du flux constant de publications qui vous en suggère de nouvelles sans que vous ayez eu le temps d’aimer ou d’ajouter à vos favoris celle que vous étiez en train de regarder. Avec cette nouvelle fonctionnalité, vous pourrez retrouver plus facilement les vidéos qui ont retenu votre attention.

Comment accéder à son historique sur TikTok

Pour consulter son historique sur TikTok, voici le chemin à suivre : Paramètres et confidentialité > Contenu et activité > Watch History. La liste des vidéos visionnées devrait alors apparaître. Vous pourrez activer ou désactiver cette option depuis les paramètres de votre compte. En vous rendant dans Watch History , vous pourrez consulter l’historique des contenus durant une période allant jusqu’à 7 jours.

Pour le moment, cette fonctionnalité est toujours en phase de test.

Lire ma suite sur BDM

Instagram expérimente un fil d’actualité en plein écran, similaire à celui de TikTok

Après le retour de l’affichage chronologique, Instagram teste un nouveau flux regroupant les photos, Reels et stories.

Pour concurrencer TikTok et YouTube, l’application a décidé de miser sur la vidéo dans le cadre de sa stratégie 2022. Après avoir annoncé qu’il continuerait de valoriser le format des Reels et qu’il souhaitait encourager le partage de contenus au format vertical, le réseau socival teste actuellement une nouvelle présentation des publications en les regroupant dans un seul et même fil d’actualité.

Retrouver tous les contenus dans un même flux

Selon le développeur mobile et ingénieur Alessandro Paluzzi, Instagram serait actuellement en train de tester un nouvel affichage en plein écran. Ce flux expérimental permettrait aux utilisateurs de retrouver dans leur fil d’actualité l’ensemble des posts :

  • Les stories et les carrousels : une barre en bas de l’écran indiquerait la présence d’autres slides. Le réseau social vous permettrait également de swiper vers la gauche pour visionner les images suivantes.
  • Les vidéos : une barre de progression montrerait l’avancée de lecture de la vidéo.

Passer d’un contenu à un autre en swipant vers le haut

Les utilisateurs pourraient ainsi retrouver l’ensemble des publications dans un même flux. L’affichage en plein écran ne vous permettra de visualiser qu’un contenu à la fois. Vous pourriez ainsi facilement passer d’un post à l’autre en swipant vers le haut à la manière de TikTok. Instagram pourrait adapter l’algorithme en fonction de vos réactions. Tout comme son principal concurrent, le réseau social ne vous recommanderait que les contenus pour lesquels vous aurez manifesté de l’intérêt.

Avec ce nouveau test, Instagram semble donc accélérer son développement pour fluidifier l’affichage des posts sur sa plateforme.

Lire la suite sur BDM

Les 5 points clés à retenir pour ses réseaux sociaux en 2022

Le sixième rapport annuel Trends de Hootsuite dresse la liste des 5 tendances des réseaux sociaux qui domineront le secteur en 2022…

Grâce à son sixième rapport annuel Trends, Hootsuite analyse les 5 points clés à retenir pour performer sur les réseaux sociaux en 2022. 

Le rapport, issu d’une enquête auprès 18 000 spécialistes du marketing, met également en lumière les comportements émergents et les nouvelles règles. 

Quelles sont alors ces tendances dans les réseaux sociaux qui changeront la donne en 2022 ? TikTok sera-t-il plus populaire qu’Instagram ?

#1. TikTok deviendra le réseau social le plus important pour le marketing


En septembre 2021, TikTok a dépassé le milliard d’utilisateurs. Cela en fait le 7ème réseau social le plus populaire au monde. 

Si on exclut les réseaux de messagerie, TikTok est le 4ème réseau social le plus populaire après Facebook (2,7 milliards), YouTube (2,4 milliards) et Instagram (1,2 milliards). 

En janvier 2021, il ne comptait que 689 millions d’utilisateurs actifs mensuels avec une augmentation de 45 % en moins d’un an. 

En comparaison, le nombre d’utilisateurs actifs mensuels d’Instagram a lui augmenté de 6 % en 2020.

Au cours de ces douze derniers mois, le nombre de recherches pour TikTok a augmenté de 173 % sur les moteurs de recherche. Alors que la demande de recherche pour Instagram Reels n’a augmenté que de 22 % et diminué de 33 % pour les Stories. 

Mais malgré la croissance rapide de TikTok, la plupart des entreprises hésitent à investir dans le réseau…

35 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles prévoyaient d’augmenter leur investissement dans TikTok dans les douze prochains mois. 

La plupart des entreprises continuent de miser sur des réseaux tels qu’Instagram et Facebook. 

Par ailleurs, 24% des personnes interrogées pensent que TikTok est le réseau social le plus efficace pour atteindre leurs objectifs, soit une augmentation de 700 % par rapport à 2020.

TikTok a introduit plusieurs outils commerciaux utiles en 2020 et 2021, notamment des profils commerciaux, des publicités et un marché de créateurs. 

C’est peut-être la raison pour laquelle les entreprises le voient d’un œil plus optimiste cette année.

#2. Les dépenses publicitaires seront dirigées vers les plus petits réseaux sociaux   


Les consommateurs peuvent être plus réceptifs à la publicité sur des canaux tels que TikTok, Snapchat et Pinterest que sur les réseaux sociaux plus importants.

Une étude de Kantar, mandatée par TikTok, a ainsi révélé que les consommateurs ont classé les publicités TikTok comme plus inspirantes et plus agréables que les publicités sur d’autres plateformes.

Une étude de Nielsen mandatée par Snapchat a quant à elle souligné que les publicités sur Snapchat avaient plus d’impact que les publicités télévisées et se traduisent par une plus grande notoriété et des intentions d’achat accrues.

Une autre étude Pinterest Business indique que les annonces sur Pinterest offrent un meilleur retour sur investissement et des taux de conversion moins élevés que les annonces diffusées sur d’autres réseaux sociaux.

Bref, les plus petits réseaux sont tout simplement moins saturés de publicitésque Facebook ou Instagram, cela engendre donc moins de lassitude chez les utilisateurs par rapport aux messages publicitaires. 

D’autre part, de nombreux professionnels des réseaux sociaux ont également dû diversifier leur stratégie publicitaire au début de l’année 2021 en réponse à la mise à jour d’Apple iOS 14. 

L’entreprise a dévoilé une option « opter pour le suivi des publicités » pour tous les utilisateurs, bloquant ainsi la capacité de Facebook à cibler une grande partie de son public.   

De leur côté, TikTok, Pinterest et Snapchat encouragent tous les annonceurs à adapter leurs publicités afin qu’elles « correspondent » au contenu naturel qui est déjà publié par des utilisateurs réguliers. 

Il en résulte des publicités plus divertissantes et moins perturbantes, augmentant le nombre de conversions globales pour les entreprises.  

#3. Les prospects achèteront leurs produits directement sur les réseaux sociaux 


Avant la pandémie, le commerce sur les réseaux sociaux était une toute nouvelle opportunité pour les entreprises les plus innovantes. 

Mais l’augmentation de l’utilisation des réseaux sociaux combinée avec le télétravail a créé les conditions idéales pour une explosion des achats sur les réseaux sociaux. 

Selon eMarketer, le commerce social représentera une industrie de 80 milliards de dollars d’ici 2025.   

De plus, 81 % des acheteurs utilisaient déjà les réseaux sociaux pour découvrir de nouvelles marques et rechercher des produits avant la pandémie. 

De nombreuses entreprises ont compris qu’il était logique de laisser ces utilisateurs faire leurs achats avec la même application pour augmenter leur taux de conversion et limiter les taux d’abandon de panier. 

La plupart des réseaux sociaux proposent désormais des solutions d’achat intégrées, y compris la vidéo en direct, et développent de nouvelles fonctionnalités pour répondre à la demande croissante.  

Lire la suite sur comarketing

TikTok: Top 11 des meilleurs filtres et effets sur le réseau social !

Tiktok regorge de filtres et d’effets. Un moyen de donner un coup de boost, ou un côté drôle à vos vidéos. Voici les 11 meilleurs !

Envie de vous amuser avec les nombreux filtres que propose Tiktok ? Entre filtre et effets, MCETV vous en a sélectionné 11 qui pourraient embellir vos vidéos. Ou les rendre plus drôle. Ou même gâcher tout sens commun… C’est à vous de voir !

TIKTOK : 11 FILTRES ET EFFET INCONTOURNABLES

L’effet color blast : on sature !

Cet effet sature chaque couleur de votre vidéo. Il donne donc un éclat presque irréel à vos images. Comme si chaque élément apparaissait avec des néons à sa place… ce qui en fait donc l’un des filtres les plus originaux.

L’effet écran vert : incontournable sur Tiktok

Il passe dans toutes les trends. Et surtout dans la dernière, le Reading Raimbow, qui a ainsi réussi à devenir viral en très peu temps . Il permet en effet de supprimer tout ce que vous avez derrière vous pour y mettre ce que vous voulez. Comme un arc en ciel, par exemple.

L’effet Warmth : un gain de chaleur

Tiktok propose 17 filtres à ses utilisateurs. Mais celui là va changer la couleur et la profondeur de vos vidéos… Si vous avez un fond dans les tons rouge ou orange, cela va permettre de donner une atmosphère bien plus chaude. Une vraie plus-value, donc.

L’effet zoom lent : horreur sur Tiktok

Cet effet, sorti tout droit des films d’horreur, permet de grossir doucement mais sûrement ce que vous voulez. On peut donc commencer à flipper… Ou l’utiliser pour centrer l’attention. L’appli vous permet même de choisir le temps de zoom.

Time Warp : l’effet extraterrestre

L’un des filtres aux effets comiques les plus réussis. Envie d’allonger votre tête, ou de disparaître à moitié de l’écran ? C’est facile. On laisse descendre le « rideau », et on bouge comme il faut pour tout changer. Sans doute le plus fou. Enfin, quand on le maîtrise.

Californie : Tiktok tous filtres dehors

L’un des filtres qui embellit n’importe quel paysage. Il change en effet la balance des blancs pour éclaircir le dehors, et rendre certaines couleurs un peu plus vives.

L’effet poivré qui met du sel

Appelé Peppery, il met en effet toutes les couleurs sens dessus dessous… Mais avec un air des années 90 très réussi. On dirait donc que vous avez retrouvé une vieille cassette de vos parents. Et qu’elle a mal vécu le voyage.

Tiktok en noir et blanc : tonal exigé

Il existe aussi des filtres en noir et blanc sur Tiktok. Mais le plus joli, et le plus original, reste le tonal. Parce qu’avec une toute petite modification, il donne un vrai relief aux images. Mettez l’intensité à 80%, et vous verrez sans doute la différence.

L’effet « quel XYZ êtes-vous » : viral et drôle

On a vu Benedict Cumberbatch tenter de convaincre Tiktok qu’il était lui même Docteur Strange… Sans réussite. Tous ces demi-visages qui se succèdent pour trouver celui qui vous va le mieux : voilà l’un des 11 filtres les plus improbables.

Lire la suite sur Ouest France

WhatsApp Pay : tout savoir sur cette nouvelle fonctionnalité de WhatsApp

L’application de messagerie WhatsApp se lance sur le marché des portefeuilles numériques. Avec sa nouvelle fonctionnalité « WhatsApp Pay », un simple message suffit pour effectuer vos achats ou rembourser vos amis. 

Fini les dettes qui s’accumulent lorsque l’on sort boire un verre entre amis. Adieu les fausses promesses types : « je te rembourserais la prochaine fois ! ». WhatsApp a trouvé la solution en créant une fonctionnalité qui permet d’envoyer de l’argent à n’importe qui en un message seulement. Cela fait maintenant de nombreuses années que les applications de paiement numériques existent. À l’heure où le dématérialisé prend de plus en plus de place dans nos vies, et où l’on a plus tendance à oublier son portefeuille que son smartphone, on comprend mieux pourquoi de nombreuses entreprises comme Google, Apple ou Samsung se sont lancées sur ce marché. Néanmoins, c’est sur un tout autre plan que WhatsApp compte se démarquer. Exclusivement orienté vers le e-commerce et les virements entre particuliers, WhatsApp Pay à de bons arguments pour inverser la tendance et convaincre ses 2 milliards d’utilisateurs de passer définitivement au vert. 

WhatsApp Pay : qu’est-ce que c’est ?

Conçue en partenariat avec la National Payments Corporation of India (NPCI), WhatsApp Pay est une nouvelle fonctionnalité WhatsApp pour effectuer vos achats en ligne. Différente des autres applications de paiement numérique, celle-ci ne vous proposera pas de carte dématérialisée vous permettant d’effectuer des paiements sans contact. En revanche, il vous sera possible de payer directement via l’application en passant par le service de messagerie. Cette fonctionnalité, complètement gratuite, fait taire les récentes rumeurs qui évoquaient la possibilité que WhatsApp devienne payant. L’objectif étant sur le long terme de développer le commerce présent sur l’application. 

WhatsApp Pay : comment ça marche ?

WhatsApp Pay reprend les mêmes principes de fonctionnement que son ainé, Facebook Pay. Bien qu’il n’existe pas encore de WhatsApp Shop, il est néanmoins possible d’effectuer des achats directement sur l’application en prenant contact avec les entreprises. Vous n’aurez qu’à vous rendre sur la discussion choisie et cliquer sur le trombone (pièce jointe) pour trouver l’icône « paiement » juste à côté de votre « Galerie ».

Pas seulement destinée aux professionnels, cette fonctionnalité sera disponible sur tous types de discussions. Vous pourrez également rembourser vos amis à l’aide d’un simple message. C’est ainsi que WhatsApp Pay, couplé à de nouvelles fonctionnalités communautaires, compte faciliter les transactions bancaires entre particuliers et professionnels. L’application Lydia, pour l’instant numéro un dans les virements entre particuliers, n’a qu’à bien se tenir. 

Peut-on y avoir accès ?

Pour le moment, WhatsApp Pay n’en n’est qu’à sa phase de test, déployée dans les seuls pays de l’Inde et du Brésil. Ce choix pourrait en étonner plus d’un, pourtant ces deux pays sont en réalité les marchés les plus lucratifs pour l’application au logo vert. Avec ses 500 millions d’utilisateurs, l’Inde se hisse à la tête du classement pour WhatsApp, suivi de près par le Brésil et ses 120 millions d’usagers. Néanmoins, il faut savoir que ce lancement a connu quelques déboires dans ces deux pays.

Lire la suite sur meilleur-innovation

L’intelligence artificielle s’invite dans la création musicale

(ETX Daily Up) – Les nouvelles technologies permettent de repousser les limites de la création musicale. L’intelligence artificielle ne fait pas exception. De plus en plus de musiciens comme Benoît Carré s’en servent pour composer de nouveaux morceaux. Bienvenue dans l’ère de la musique algorithmique.

Benoît Carré, connu sous le pseudonyme Skygge, croit depuis longtemps au potentiel musical de l’intelligence artificielle. C’est pourquoi il s’est appuyé sur cette technologie pour concevoir son nouvel album, « Melancholia ». Au programme : 11 morceaux que le musicien a composés en collaboration avec le Creator Technology Research Lab de Spotify. Le géant suédois du streaming a mis à sa tête le chercheur français François Pachet pour réfléchir au développement d’outils pour aider les artistes dans leur processus créatif.

Aider et non remplacer. Contrairement à ce que peuvent penser les plus pessimistes, l’intelligence artificielle n’a pas vocation à se substituer à l’artiste. Elle le sort de sa bulle de confort musical en lui proposant des styles, des sons, des rythmes ou des timbres différents et parfois inattendus. La preuve avec « Océan Noir », un morceau qui mêle une fugue de Schubert et une cuica, un instrument brésilien. « Dans une expérimentation, j’ai fait se rencontrer ces deux sons différents, et ça a donné une sonorité, un son, une boucle d’environ vingt secondes », a expliqué Benoît Carré à France Inter. 

Si l’intelligence artificielle s’est chargée de mélanger harmonieusement ces deux éléments, le musicien a dû la nourrir avec de nombreuses inspirations pour arriver à ce résultat. Benoît Carré donne un aperçu de ce processus fastidieux dans une vidéo making-of publiée sur YouTube et les réseaux sociaux. On le voit utiliser plusieurs intelligences artificielles, l’une pour imaginer la mélodie et une autre capable de produire des sons et des arrangements, avant d’arriver à une première version du morceau « Océan Noir ».

Tous musiciens ? 

Benoît Carré n’en est pas à son coup d’essai avec l’intelligence artificielle. Il avait déjà découvert le potentiel de cette technologie en 2012, lorsqu’il s’en était servi pour composer la chanson « Daddy’s car » à partir d’un corpus des Beatles. Suit rapidement un autre morceau, « Ballad of The Shadow », conçu à partir de 450 partitions de standards de jazz américain. Mais le point culminant de ces expérimentations n’est autre que l’album « Hello World ». Benoît Carré a invité quinze artistes comme Stromae, Médéric Collignon et Camille Bertault sur ce disque de 15 titres générés par l’intelligence artificielle. 

En 1958 déjà, Lejaren Hiller et Leonard Isaacson avaient réussi à produire un quatuor à cordes généré par un ordinateur et inspiré du répertoire de Bach, intitulé « Suite Illiac ». Soixante-quatre ans plus tard, de nombreux musiciens s’inspirent de leur démarche pour révolutionner le quatrième art. Les acteurs de la tech ne sont pas en reste. Ils se saisissent de plus en plus de l’intelligence artificielle pour rendre la création musicale accessible au plus grand nombre. 

C’est la mission de la start-up américaine Boomy. Les utilisateurs de cette plateforme peuvent choisir un genre comme le hip-hop ou le reggae, ainsi que des caractéristiques musicales plus spécifiques comme le tempo ou l’ambiance souhaitée. La machine se charge alors de générer une piste instrumentale, modifiable à l’infini.

Lire la suite sur la dépèche

Expert Digital