Les social natives s’informent d’abord sur Instagram, TikTok et consorts

La jeune génération s’informe différemment de ses aînés. Les 18-34 ans ne consultent pas ou peu les médias traditionnels comme la radio, la télévision et la presse papier, leur préférant les réseaux sociaux.

C’est un fait, les jeunes générations entretiennent un rapport ambivalent avec les médias. S’ils accordent une faible confiance aux différents modes d’accès à l’information et aux journalistes, les jeunes n’en demeurent pas moins friands d’actualité. Le dernier rapport Digital News Report de l’institut Reuters détaille la consommation médiatique des personnes âgées de 18 à 34 ans. Cette classe d’âge englobe deux types d’informés : les social natives, ces jeunes adultes âgés de 18 à 24 ans biberonnés aux réseaux sociaux ; et les digital natives, les 25-34 ans qui ont, eux, grandi avec le numérique, mais pas avec Meta (ancien Facebook), Instagram et consorts.

Il s’avère qu’ils n’entretiennent pas le même rapport avec les différents modes d’accès à l’information. 45 % des Britanniques entre 25 et 34 ans se rendent sur les sites Internet ou les applications mobiles des médias généralistes pour suivre l’actualité. En comparaison, seuls 28 % de leurs compatriotes âgés de 18 à 24 ans en font autant. Ces derniers sont plus susceptibles de s’informer grâce aux réseaux sociaux, aux agrégateurs et aux moteurs de recherche que leurs aînés.

Leur péché mignon : les sources d’information très visuelles comme Instagram, Telegram et plus récemment TikTok. L’application chinoise s’est imposée, en quelques années à peine, dans la routine médiatique des social natives. Ainsi, 8 % des Britanniques de 18 à 24 ans l’utilisent pour suivre les dernières actualités. Ils sont toutefois bien plus nombreux à consulter Twitter (21 %) et Instagram (17 %) dans cette optique. Si leurs aînés, les digital natives, s’informent aussi sur les réseaux sociaux, ils sont bien plus fidèles à Meta, avec qui ils ont grandi.

Les sources d’information en France de 2013 à 2022
© Reuters Institute for the Study of Journalism

L’information différemment

Les jeunes générations préfèrent les réseaux sociaux aux médias traditionnels pour de multiples raisons. Elles apprécient le ton informel des contenus informatifs que ces plateformes hébergent, ainsi que la liberté de traitement médiatique qu’elles permettent. « À la télévision, on voit toujours les mêmes choses, mais sur YouTube, Spotify, TikTok, il y a une grande variété« , explique ainsi un Brésilien de 18 ans aux chercheurs de l’institut Reuters. « On peut avoir accès à tout ça et voir qu’il y a de la diversité et [des façons de vivre différentes des nôtres] ».

Si l’information peut être plus légère sur les réseaux sociaux, elle n’est pas pour autant décorrélée des grands événements mondiaux comme la guerre en Ukraine. Les smartphones généralisent les possibilités du direct, tant pour les journalistes que pour les personnes qui ne sont pas des professionnels des médias. Ces outils permettent à des militaires comme le soldat ukrainien Alex Hook de s’improviser reporters de guerre et de poster des vidéos montrant le conflit tel qu’ils le vivent « de l’intérieur » sur TikTok.

Mais cette facilité d’accès à l’information n’est pas sans danger. L’entreprise NewsGuard, spécialisée dans la lutte contre la propagation de fausses informations et l’évaluation de la fiabilité de l’information en ligne, a ainsi constaté que les utilisateurs de TikTok se retrouvaient confrontés à des contenus mensongers ou à de la propagande à propos de la guerre en Ukraine. L’algorithme de la plateforme recommanderait même ces contenus fallacieux.

Bien que les jeunes générations apprécient particulièrement les sources d’information très visuelles, elles ne se détournent pas pour autant de l’écrit et de l’audio. La plupart des moins de 35 ans préfèrent ainsi lire les dernières actualités plutôt que les suivre en vidéo, d’après le rapport Digital News Report. Sur ce point, ils ne sont pas si différents de leurs aînés.

Lire la suite sur LES NUMÉRIQUES :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.